Articles

élection présidentielle 2017 » Analyses & chroniques » Le défi environnemental au sein de l’opinion publique

Le défi environnemental au sein de l’opinion publique

Fotolia_2237538_S.jpgLe prochain Grenelle de l’Environnement s’inscrit dans une période de forte pregnance des enjeux environnementaux sur l’agenda médiatique au cours des dernières années, favorisée par des événements qui ont durablement marqué l’opinion publique.

Pour le cas français, on retiendra notamment le naufrage de l’Erika, les tempêtes de décembre 1999 ou encore la canicule de l’été 2003. La publication de nombreux rapports dont les médias se sont fait l’écho ont également permis d’attirer l’attention des téléspectateurs sur les effets annoncés du réchauffement climatique.

Pour autant, force est de constater que l’environnement, du point de vue des Français, arrive encore loin derrière les enjeux économiques et sociaux dans la hiérarchie des problèmes jugés les plus importants aujourd’hui en France. A titre d’exemple, parmi une liste de 11 enjeux testés par le CEVIPOF au lendemain de l’élection présidentielle dans le cadre de son enquête post-électorale, l’environnement n’arrivait qu’en 7ème position (avec 15% de citations) devancé, entre autres, par l’emploi, les inégalités, la hausse des prix ou encore les déficits publics et la dette de l’Etat. Parallèlement, la sensibilité environnementale des Français varie fortement d’une catégorie de population à une autre : les personnes mentionnant l’environnement étant principalement issues des classes d’âge les plus jeunes, des catégories sociales supérieures et celles disposant d’un capital culturel élevé.

En outre, le défi environnemental se résume fréquemment pour bon nombre de nos concitoyens à la lutte contre le réchauffement climatique (et incidemment à réduire les émissions de gaz à effet de serre) sans qu’ils en identifient précisément les conséquences économiques et sociales. Dans ce contexte, la tentation d’imputer les responsabilité à autrui et plus particulièrement aux industriels est forte, sans que l’on identifie pour soi-même les actions à mettre en oeuvre.

Or l’obtention de résultats significatifs en matière de protection de l’environnement suppose l’adoption par les pouvoirs publics de mesures visant à modifier sensiblement et durablement non seulement nos modes de production mais aussi nos modes de vie. Pour assurer leur efficacité et ne pas se limiter aux discours d’intentions, ces mesures devront être acceptées par le plus grand nombre, ce qui nécessitera sans doute un important travail de pédagogie et d’information…

Yves-Marie Cann  (195 Posts)


Catégories: Analyses & chroniques

Comments are closed.