Articles

élection présidentielle 2017 » 2012, Sondages » Les priorités des Français à la rentrée 2011 : emploi et éducation

Les priorités des Français à la rentrée 2011 : emploi et éducation

C’est une tradition : la rentrée scolaire est fréquemment propice à la mesure du moral des Français et à la quantification des enjeux qui les préoccupent. A l’approche de l’élection présidentielle, de telles données apportent un éclairage utile pour tenter de déterminer quels pourraient être les principaux déterminants du vote au printemps 2012, au-delà des caractéristiques d’image des candidats.

Un sondage CSA rendu public cette semaine par le SNUIpp s’avère riche d’enseignements, dans un contexte marqué par une dégradation des principaux indicateurs économiques et après un été marqué par la crise des dettes souveraines et la fébrilité des marchés financiers.

L’emploi : première préoccupation des Français. Crise économique 2008-2009 et hausse du chômage obligent, nul ne s’étonnera ici du primat accordé à cet enjeu par plus de quatre Français sur dix. Exception faite de la période 2006-2007 où les attentes de la population se concentraient prioritairement sur le pouvoir d’achat, les préoccupations en matière d’emploi dominent traditionnellement ce type de classement. Ce degré de priorité se vérifie auprès de toutes les principales catégories de population, certaines l’exprimant avec une fréquence très élevée : 58% parmi les adultes âgés de 25 à 29 ans - parmi lesquels nombreux sont ceux à entrer dans la vie active – et 52% dans le Nord et l’Est de la France impactés par la désindustrialisation. Fait particulièrement intéressant, l’emploi est cité avec une égale intensité par les sympathisants de gauche et de droite (42% chacun).

Avec 35% de citations au global, l’école, que certains annoncent déjà comme un des principaux thèmes de campagne, suscite quant à elle des réponses nettement plus clivées. Sociologiquement : les femmes mettent davantage en exergue cet enjeu que les hommes (39% contre 30%), de même que les personnes âgées de 30 à 39 ans (parmi lesquelles on recense de nombreux parents) par rapport à celles âgées de 50 à 64 ans davantage préoccupées par la perspective de la retraite (respectivement 44% de citations contre 24% pour l’école, et respectivement 15% et 27% pour la retraite). Culturellement : 46% de citations pour l’école chez les diplômés de l’enseignement supérieur contre 30% lorsque le niveau d’études est inférieur au baccalauréat. Politiquement enfin : 40% des sympathisants de gauche mentionnent l’école contre « seulement » 28% à droite.

Plusieurs enquêtes l’ont mis en en évidence ces derniers mois, la dette publique est désormais un sujet de préoccupation pour les Français. Toutefois, mise en concurrence parmi d’autres enjeux, celle-ci se voit reléguée à la sixième position du classement (17% de citations). Surtout, elle préoccupe très inégalement les différents catégories de population interrogées. Pour faire simple, la sensibilité à cet enjeu est avant tout le fait des hommes (24% contre 11% des femmes), des personnes âgées de plus de 50 ans (21% contre 11% des moins de 30 ans), les CSP+ (22% contre 10% des catégories populaires) et de façon transversale des sympathisants de droite (25% contre 16% à gauche).

La sécurité (10%) et l’immigration (10%) occupent respectivement la huitième et la neuvième places du classement. La fréquence des citations varie assez peu d’une catégorie sociodémographique et professionnelle à une autre. Tout au plus peut-on signaler que l’immigration inquiète davantage les jeunes que leurs aînés, ces derniers citant davantage la sécurité que les premiers. Le principal facteur prédictif de la sensibilité à ces deux enjeux est  politique : les sympathisants de droite sont environ deux fois plus nombreux que ceux de gauche à les citer, les scores les plus élevés étant enregistrés parmi les sympathisants du Front national (27% pour l’immigration et 15% pour la sécurité).

QUESTION – Parmi les sujets suivants, quels sont ceux qui vous paraissent les plus importants pour l’avenir de la France ?

Source : Sondage exclusif CSA / SNUipp-FSU réalisé par téléphone les 9 et 10 août 2011 au domicile des personnes interrogées (méthode des quotas).

Ensemble

des Français %

L’emploi

42

L’école et l’éducation

35

L’assurance maladie et la santé

21

Le pouvoir d’achat

20

Les retraites

18

La dette publique de la France

17

L’environnement

10

La sécurité des personnes et des biens

10

L’immigration

8

Les impôts et les taxes

7

La politique étrangère

3

Aucun de ces sujets

1

- Ne se prononcent pas

1

Total

(*)

Est-ce à dire que le vainqueur à la présidentielle sera celui qui, calquant sa stratégie sur les attentes des électeurs, aura prioritairement apporté des réponses aux enjeux les plus cités par les  personnes interrogées ? Ce raisonnement apparaît à bien des égards simpliste voire politiquement risqué… pour ne pas dire suicidaire. Les stratégies d’opinion se doivent en effet d’être plus subtiles. A cet égard, la candidate ou le candidat qui parviendra à trouver l’approche transversale permettant de mettre en cohérence ces différents enjeux disposera probablement d’un avantage certain. Un exemple parmi d’autres : décliner sa campagne autour du rapport au monde (celui-ci étant actuellement perçu comme une source de menaces) pourrait faire sens sur de nombreux sujets, qu’ils soient économiques, sociaux, culturels ou sociétaux…

=> Me suivre sur Twitter @yvesmariecann

(*) Total supérieur à 100%, les personnes interrogées ayant pu donner jusqu’à deux réponses.

Yves-Marie Cann  (63 Posts)

Fondateur et animateur du site. Directeur des études politiques chez Elabe, cabinet d'études et de conseil indépendant. Auparavant directeur-adjoint du Pôle Opinion-Corporate de l'Institut CSA, après sept années passées au Département Opinion et Stratégies d'entreprise de l'Ifop. Les articles publiés ici n'engagent que leur auteur.


Catégories: 2012, Sondages · Tags: , ,

One Response to "Les priorités des Français à la rentrée 2011 : emploi et éducation"

  1. [...] par le primat des enjeux économiques et sociaux. Les préoccupations des Français concernant l’emploi et le pouvoir d’achat sont en effet renforcées par l’inquiétude et le pessimisme ambiant attisés par la crise des [...]