Articles

élection présidentielle 2017 » Primaires, Sondages » Sondage BVA-Le Figaro-LCI : les candidats et le projet socialistes au banc d’essai de l’opinion

Sondage BVA-Le Figaro-LCI : les candidats et le projet socialistes au banc d’essai de l’opinion

Réalisée après ses déclarations de Bondy sur la sécurité mais avant ses critiques sur les 35 heures, la dernière vague de l’Observatoire des personnalités BVA-LCI-Le Figaro confirme le soutien croissant accordé par les sympathisants socialistes à la députée des Deux-Sèvres.

Reflétant sans doute le mieux l’opinion de ceux qui seront amenés à trancher entre les différents concurrents à l’investiture, les sympathisants du PS la placent très largement en tête du classement de leur candidat préféré à l’élection présidentielle. Or, cette avance dans l’opinion est d’autant plus importante que la course à l’Elysée risque de se jouer plus sur des questions de personnes que d’idées : les mesures pressenties pour faire partie du projet socialiste ne suscitant pas par exemple de grands clivages au sein des Français.

TOUS LES TABLEAUX DE L’ENQUETE RÉCAPITULÉS EN UNE SEULE PAGE

Ségolène Royal loin devant dans la course à l’investiture

Candidate socialiste préférée de 43% des Français après avoir plus que doublé son score en l’espace de huit mois (+ 26), la présidente de Poitou-Charentes devance d’au moins 30 points ses différents concurrents à l’investiture.

Elément positif dans la perspective d’un vote concernant seulement les adhérents du PS, son succès est encore plus net au sein des sympathisants de sa famille politique : plus d’un sympathisant socialiste sur deux (55%) la préfère parmi les candidats à l’investiture socialiste, soit là aussi plus du double qu’en novembre 2005. A près de 40 points de son premier concurrent (Dominique Strauss-Kahn), elle se situe donc loin devant des rivaux qui, pour la plupart, chute de manière importante.

Parmi eux, les plus touchés sont ceux situés politiquement le plus proche d’elle et qui n’ont pas encore déclaré leur candidature de manière explicite : Lionel Jospin (- 10 points, à 11%) et François Hollande (- 7 points, à 2%). Allant de pair avec une réduction de la part de sympathisants socialistes convaincus par aucun candidat (- 9 points, à 3%), cet élément renforce l’hypothèse selon laquelle le succès de la députée s’inscrirait dans le cadre d’une clarification de l’offre politique socialiste.

D’ailleurs, les personnalités dont la candidature ne fait aucun doute et qui est continuellement réaffirmée amortissent mieux “le choc Ségolène” : Jack Lang (- 4 points, à 7%), Laurent Fabius (- 3 points, à 5%) et surtout Dominique Strauss-Kahn qui progresse de 3 points.

LE CANDIDAT SOCIALISTE PRÉFÉRÉ POUR 2007

QUESTION : Parmi les personnalités suivantes, laquelle préféreriez-vous comme candidat(e) du Parti socialiste à l’élection présidentielle de 2007 ?

ENSEMBLE Sympathisants PS
Juin 2006 Evol. Nov. 2005 Juin
2006
Evol. Nov. 200
(*) réponses non suggérées.

DSK, seul concurrent à se maintenir dans la course

Liée sans doute à la récente et intense campagne médiatique qui a accompagné la sortie de son dernier livre, cette position de numéro deux attire l’attention car elle révèle qu’il n’y a pas qu’une candidate capable d’enclencher une dynamique d’opinion en sa faveur.

Certes, avec 16 % de sympathisants socialistes favorables à sa candidature, le député de Sarcelles est loin de constituer une menace pour la “madone des sondages”. Mais il prouve qu’un éléphant du PS peut résister à la vague « royaliste » s’il réussit à asseoir sa crédibilité présidentielle au delà de son camp et de ses bases sociologiques (par exemple chez les cadres, les sympathisants de droite, etc.) : sa stature présidentielle étant reconnue par la majorité des électeurs socialistes (58%) sans être une niée par une majorité de Français.

Il fait ainsi la différence avec les candidats dont la stature présidentielle n’est pas reconnue par l’autre camp (Lionel Jospin) mais aussi par les sympathisants de leur propre parti (Jack Lang, Laurent Fabius, François Hollande). Mais il conserve un déficit de crédibilité important par rapport à Ségolène Royal (21 points) qui tient notamment à la dualité de son image : s’il a la stature d’un “Président de la France” (représentation à l’étranger, politique européenne), il peine à apparaître comme un “Président des Français” leur assurant la sécurité, le plein emploi et la justice sociale.

Ainsi, ces éléments d’image restent très favorables à Ségolène Royal et ont toute leur importance au regard du peu de débat suscité par les mesures pressenties pour faire partie du projet du Parti socialiste.

STATURE PRÉSIDENTIELLE DES CANDIDAT(E)S SOCIALISTES

QUESTION : Pour chacune des personnalités suivantes, dites-moi si elle a ou non, selon vous, la stature d’un Président de la République ?

ENSEMBLE Sympathisants du PS
Oui Non Oui Non

Le projet socialiste : un accueil plutôt large et consensuel

Interrogés sur les propositions pressenties pour faire partie du projet socialiste, les Français leur font un accueil des plus favorables. Seules les questions ayant trait aux moeurs ou aux lois économiques et sociales votées par la droite depuis 2002 suscitent un réel clivage droite / gauche.

La plupart des mesures soumises à l’avis des Français sont majoritairement approuvées par ces derniers. Parmi elles, des idées pourtant très controversées reçoivent un large assentiment : l’octroi du droit de vote aux élections municipales aux étrangers installés légalement depuis 5 ans (68%), le rétablissement de la régularisation automatique des immigrés vivant en France depuis au moins 10 ans (63%) et le droit au mariage pour les couples homosexuels (60%). Et sur les deux premières, le clivage entre la droite et la gauche est plutôt faible.

Par contre, il est beaucoup plus fort sur les questions touchant aux droits des homosexuels ou à l’abrogation des réformes enclenchées par la droite depuis son retour au pouvoir (la réforme des retraites, le CNE et la privatisation d’EDF). L’idée d’abroger la loi Fillon (40% l’approuvent, 40% la rejettent) ou de permettre aux couples homosexuels d’adopter des enfants (50% y sont opposés, 48% y sont favorables) sont ainsi les seules à ne pas obtenir le soutien d’une majorité des personnes interrogées.

Dans l’ensemble, Ségolène Royal ne prend donc pas un grand risque en acceptant de faire sien le projet voté par les instances de son parti. Pour l’essentiel, il passe bien dans l’opinion et sa force d’attraction personnelle est suffisante pour atténuer les quelques blocages qu’il suscite.

JUGEMENT À L’ÉGARD DES PROPOSITIONS DU PARTI SOCIALISTE

QUESTION : Pour chacune des propositions suivantes du Parti socialiste dites moi si vous y êtes favorable ou opposé ?

Favorable Opposé NSP

Fiche Technique :

Sondage réalisé par l’institut BVA pour LCI et Le Figaro par téléphone du 2 au 3 juin 2006 auprès de 955 personnes représentatif de la population française âgée de 18 ans et plus. Echantillonnage par la méthode des quotas : sexe, âge, profession du chef de famille après stratification par région et catégorie d’agglomération.

Liens :

Résultats complets disponibles sur le site de BVA.

Le compte-rendu de l’émmission « Questions que fâchent » pour laquelle l’enquête a été réalisée sur le site de LCI.

L’article de N. Barotte et M. Lévy sur le site du journal Le Figaro.

[tags]BVA, PS, projet présidentiel, Ségolène Royal, Lionel Jospin, Dominique Strauss-Kahn, François Hollande, Laurent Fabius[/tags]

François Kraus  (195 Posts)

Chef de groupe au Département Opinion et Stratégies d’entreprise chez Ifop. Ancien élève de la Sorbonne (Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne) et de l’I.E.P. de Paris (Ecole doctorale), il a reçu le prix de la Fondation Jean Jaurès 2001 et a participé au groupe histoire de la revue Esprit. Il a collaboré à Expression-publique.


Catégories: Primaires, Sondages

Comments are closed.