Articles

élection présidentielle 2017 » 2012, Analyses & chroniques, Chroniques » Petite Chronique d’une Election 15 – Qui a vu François Bayrou ?

Petite Chronique d’une Election 15 – Qui a vu François Bayrou ?

bayrou9 A l’évidence il y’a deux thèmes qui vont animer la campagne électorale : celui de la morale au sens large et celui de la dette.

La morale tout d’abord, dans la foulée des différentes affaires que j’évoquais dans ma précédente chronique et dans la quête d’une République et d’institutions qui seraient un peu plus « irréprochables » et enfin équilibrées.

La dette bien entendu avec la crise en cours qui déploie chaque jour ses conséquences et le débat qui prend de l’ampleur autour de la politique fiscale et des dépenses de l’Etat.
 
Or, pour qui s’en souvient, ces deux thèmes étaient portés haut et fort par un candidat en 2007 : François Bayrou. Ainsi quelques jours avant le 1er tour de 2007, lors d’un discours à Bercy, François Bayrou affirmait « …C’est pourquoi, car nous avons installé le sujet du déficit et de la dette dans la campagne présidentielle »,  et quelques lignes plus loin il évoquait « … Le fait que nous ayons une démocratie confisquée ». Dès lors on peut penser que François Bayrou aurait une légitimité forte à se faire entendre dans cette campagne 2012,  à occuper l’espace médiatique, sur le registre du « Voyez je l’avais déjà dit en 2007 ! ». En outre il est à ce jour le seul candidat certain du centre – contrairement à Borloo, Morin ou de Villepin-, et il n’est pas empêtré dans un processus de désignation comme celui des primaires socialistes ou tenu à une certaine réserve de par son rôle comme Nicolas Sarkozy.
 
Dès lors l’absence jusqu’à présent, ou en tout cas la non visibilité, de François Bayrou dans cette campagne est un mystère. Est-ce une stratégie ?, mais on ne voit pas bien laquelle. Est-ce le résultat des circonstances ?, mais l’actualité comme nous l’avons vu lui est très favorable. Est-ce lié à la faiblesse du MoDem ?, peut être.
Il nous reste donc à attendre pour assister au retour (éventuel) au premier plan de l’élu béarnais.
 
PS : pour ceux qui souhaitent lire le discours en question aller ici.

Chem Assayag  (121 Posts)

Chem Assayag est notamment blogueur et écrivain. Il collabore au site Election Présidentielle depuis l’élection de 2007. Il est l’auteur de nombreux articles sur Agoravox, Rue 89, ou Mediapart. Il est le fondateur avec Nicolas Quint du site Neotopia qui aborde les questions économiques et sociales.


Catégories: 2012, Analyses & chroniques, Chroniques · Tags: , , , ,

8 Responses to "Petite Chronique d’une Election 15 – Qui a vu François Bayrou ?"

  1. Pale Rider dit :

    Invisible, Bayrou? Il y a deux mois, peut-être. Mais là, on l’oit et on le voit partout, et c’est tant mieux. Une fois de plus, il est déjà en tête des ventes d’ouvrages politiques. Quand on sait écrire et qu’on a une pensée consistante pour alimenter cette excellente prose, ça fait quelque chose qui mérite d’être acheté. Reste qu’il faut transformer les ventes de livres en votes. C’était déjà pas mal en 2007. Et, contre tous ceux qui lui prédisent encore 7%, je pense qu’il fera au moins 20%, avec, cette fois, une bonne chance d’être au 2e tour. Bayrou président? Franchement, je le souhaite! Ce type a un sacré coffre…

  2. C Assayag dit :

    @ Salim
    Bien sûr F Bayrou a une activité médiatique, mlais je la perçois comme celle qu’il a habituellement comme président du Modem et député et non pas comme un candidat (potentiellement) important de l’éléection présidentielle. Peut être attend-il la fin des primaires socialistes pour « monter » en puissance

    Cdt

    CA

  3. SalimB dit :

    Moi qui suis de très près l’actualité médiatique de Bayrou, je puis vous assurer qu’il ne se passe pratiquement pas une semaine sans qu’il n’intervienne au moins une fois (cette semaine par exemple, il a accordé un entretien à LCP mardi, et publie une tribune samedi dans Le Figaro). Et ces dernières semaines ont été particulièrement chargées à l’occasion de la promo de son livre « 2012:Etat d’urgence ». La question qui se pose n’est donc pas de savoir les raisons du « silence » de Bayrou (il n’est pas silencieux), mais plutôt pourquoi malgré cette présence médiatique, sa voix reste relativement inaudible. L’une des raisons que je vois, sans prétendre que ce soit la seule, est le traitement médiatique qui accueille ses interventions. Je trouve que les médias manquent souvent d’un filtre qui hiérarchise les évènements politiques selon leur réelle importance. Ils se contentent souvent d’alimenter un cycle « sensationnaliste », même si cela consiste à braquer les projecteurs sur des évènements ou des phénomènes assez clairement voués à disparaître de la scène sans laisser de souvenir impérissable (cf. par exemple le phénomène Borloo qui a succédé au phénomène De Villepin; peut-être aussi Marine Le Pen). Ce faisant, les journalistes créent une bulle qui peut faire illusion au point d’influencer ,parfois momentanément, l’opinion publique (ce que reflètent les sondages), mais une bulle qui peut vite éclater faute de substance. Il est arrivé que Bayrou lui-même profite de cette mécanique, et notamment lors des Européennes de 2009 avec successivement la publication de « Abus de Pouvoir », son intronisation comme opposant n° 1 à Sarkozy et son clash avec Cohn-Bendit. Mais le Béarnais ne correspond actuellement pas à un « cycle », et la « bulle » par conséquent n’est pas au rdv. Mais les médias, heureusement, ne sont pas le seul facteur qui façonne l’opinion publique et le choix des électeurs. On notera avec intérêt à ce propos le lien créé et maintenu directement par Bayrou avec ses (é)lecteurs à travers ses différents livres. C’est ce qui permet de penser que, comme ce fut le cas en 2007, et malgré ses handicaps de départ, Bayrou garde ses chances de susciter de nouveau l’intérêt du public pour 2012.

    Cordialement.

  4. Olivier dit :

    Je me suis aussi pose la question. Voici ce que j’espere (sachant que je voterai pour lui en 2012 comme je l’ai fait en 2002 et 2007):
    1/ Finalement ca n’est pas le cas (qu’il ne se fait pas voir) puisqu’il sorti son livre avec un bon roulement de tambour, comme Sand l’a deja dit. C’est un type d’action mediatique, pas un splash televisuel, mais quand un evenement consequent.
    2/ Si c’est aussi une strategie, elle correspond sans doute a une crainte de se bruler les ailes trop tot. S’il etait candidat et donc davantage expose, le niveau de risque avant la bataille augmenterait avec.
    3/ J’espere qu’il travaille sur le fond, non pas sur les idees puisque je pense que son programme et deja dans le livre, mais sur les soutiens. Soutien de personallites? Alliances centristes? Difficile a croire vu l’existence de 4-5 partis et l’ambition de chacun des leaders, mais il est de loin celui qui est le plus proche d’avoir un vrai plan, une distinction assez nette avec l’UMP et le PS et un succes demontre aux dernieres elections presidentielles.

    Plutot que de ne rien avoir tout seul, Borloo pourrait peut etre se positionner pour le poste de 1er Ministre qui lui a fait faire du boudin parce que Sarko ne le lui a pas donne… Non pas que ca serait mon premier choix, mais si ce rend Bayrou et ses idees President…

  5. C Assayag dit :

    En tout cas la campagne de F Bayrou n’a pas démarré et là dessus tout le monde semble d’accord :-)

  6. Blount dit :

    Vous avez raison, mais rappelez-vous également qu’en septembre 2006, François Bayrou était loin d’être considéré comme un candidat majeur. C’est à partir de décembre que sa voix a commencé à porter, et les intentions de votes en sa faveur sont devenus visiblement importantes début 2007. Le livre « 2012 état d’urgence » déjà mentionné par Sand est un premier pas pour enclencher la dynamique de sa campagne, et je suis convaincu qu’il s’imposera une nouvelle fois comme un acteur de premier plan de cette campagne lorsque celle-ci aura vraiment démarré (i.e. lorsque les primaires socialistes terminées, on connaîtra enfin le nom des principaux protagonistes – et éventuellement la décision de Borloo).

  7. Marianne dit :

    Oui bien vu. Quand je vois toutes les affaires et nominations de circonstances pour les copains-coquins du côté UMP (Tapie, Woerth, Bettencourt, Pérol, Guéant/écoutes,Pasqua et Balkany, Chirac …)et maintenant toutes les affaires en justice du côté du PS (Guérini avec aussi Serge Andréoni,Bernard Granié,Sylvie Andrieux,François Bernardini,Patrick Sèves,Jacques Mahéas, et dernièrement aussi Navarro), il faut aller chercher l’éthique dans d’autres partis … François Bayrou et Eva Joly sont des figures de proue en la matière, vers lesquelles les Français vont se tourner.

  8. Sand dit :

    Bonjour,
    Vos constatations sont très bonnes.
    Je pense que Francçois Bayrou a une nouvelle fois choisi une stratégie dans la clarté et la pédagogie et non dans la surmédiatisation et la politique politicienne.
    Pour preuve, son dernier livre « 2012 état d’urgence », sorti il y a trois semaines et déjà vendu à plus de 35000 exemplaires. C’est assurément un livre qui sera beaucoup lu, beaucoup prêté, qui fait déjà parlé de lui même auprès de personnalités du centre-droit.
    Affaire à suivre.