Articles

élection présidentielle 2017 » 2012, Primaires » Petite Chronique d’Une Election 16 : Primaires, Objet de Vote Non Identifié (OVNI)

Petite Chronique d’Une Election 16 : Primaires, Objet de Vote Non Identifié (OVNI)

Les primaires socialistes semblent enfin lancées avec le débat qui a eu lieu jeudi soir sur France 2 entre les six candidats et qui a été suivi par plusieurs millions de téléspectateurs.

Ce débat, un peu vieillot dans sa forme et son rythme, permettait néanmoins à cet OVNI de se matérialiser aux yeux des  français car les primaires sont une grande première dans le contexte politique français, surtout quand le mythe de l’élection présidentielle comme rencontre entre un homme et le peuple reste tenace.

En raison de cette nouveauté  l’ensemble des commentateurs, journalistes ou encore sondeurs ne sait trop comment aborder ce processus ; le corps électoral qui se déplacera est inconnu – les estimations du nombre de votants sont dans un rapport 1 à 10 ! -, les critères de choix des électeurs sont difficiles à cerner – vote de cœur ou vote de raison afin de choisir le (la) candidat(e) socialiste qui sera le plus à même de battre Nicolas Sarkozy lors d’un deuxième tour ? -, et enfin l’impact de ces primaires sur la dynamique même de la campagne présidentielle est imprévisible. La controverse, qui prend de l’ampleur, sur le rôle des sondages – a priori très peu fiables mais capables d’influencer les intentions de vote – dans le contexte de cette « compétition » illustre bien cette perplexité devant l’OVNI.

C’est ici qu’on mesure que les primaires, qui sur le papier pouvaient apparaître comme LA solution pour échapper aux luttes fratricides et aux combines d’appareil dans la désignation du candidat socialiste, sont en réalité une mécanique que pour l’instant personne ne maîtrise et dont les effets ne seront connus qu’ex post.

En ce sens il s’agit d’une vraie innovation et dès lors elle comporte un risque. Evidemment le résultat final de l’élection présidentielle sera sans doute le critère retenu pour juger de la pertinence de ce processus – sans qu’on sache si une autre méthode de désignation aurait produit les mêmes effets – et de sa pérennité. On peut penser qu’un échec du candidat socialiste sonnerait le glas de ce mode de sélection, tandis qu’un succès en ferait une composante durable de notre paysage politique.  L’OVNI aurait alors défintivement atterri.

Chem Assayag  (121 Posts)

Chem Assayag est notamment blogueur et écrivain. Il collabore au site Election Présidentielle depuis l’élection de 2007. Il est l’auteur de nombreux articles sur Agoravox, Rue 89, ou Mediapart. Il est le fondateur avec Nicolas Quint du site Neotopia qui aborde les questions économiques et sociales.


Catégories: 2012, Primaires · Tags: , , , , , , ,

2 Responses to "Petite Chronique d’Une Election 16 : Primaires, Objet de Vote Non Identifié (OVNI)"

  1. [...] O.V.N.I. (Objet de Vote Non Identifié) dans le paysage politique français, la primaire socialiste a incontestablement suscité [...]

  2. Moulin dit :

    L’avantage est un choix démocratique. Il serait utile pour la démocratie que ce type d’OVNI se généralise aux autres élections. Un parti politique pourrait ,par exemple,nous laisser le choix entre plusieurs candidats pour les législatives ou la tête de liste pour les régionales ou les municipales.
    Une autre méthode est probablement possible à savoir que le P.S et l’UMP c.a.d. les 2 partis majoritaires à l’assemblée nationale puisent présenter 3 candidats et laisser au peuple le choix du candidat souhaité par eux. Dans ce cas le calcul du nombre de voix se ferrait par report sur le 1er des voix des autres afin de permettre le combat DROITE-GAUCHE et éviter ainsi le combat Chirac-Le Pen qui n’avait aucun sens.