Articles

élection présidentielle 2017 » 2012, Analyses, Analyses & chroniques, Analyses & chroniques » Petite Chronique d’Une Election 28 – Un Pari Perdu

Petite Chronique d’Une Election 28 – Un Pari Perdu

En ce début d’année comme en 2007, Nicolas Sarkozy a essayé de reprendre la main sur la campagne en imposant son agenda et ses thèmes. L’interminable séquence des vœux a été l’occasion pour lui de lancer quasiment un débat par jour : retour de l’identité nationale avec l’hommage à Jeanne d’Arc, lancement du chantier de la TVA sociale, annonces autour de la taxe Tobin, pistes de travail dans l’optique du sommet sur l’emploi…

Ainsi chaque jour en ce mois de janvier, les médias, puis dans la foulée les adversaires du (futur) candidat, disséquaient, commentaient, critiquaient les initiatives du président qui semblait vouloir faire en 3 mois ce qu’il n’a pas fait en 5 ans. Guerre de mouvement, surprise, saturation de l’espace, les techniques qui avaient fait leurs preuves lors de la campagne victorieuse il y a cinq ans étaient à nouveau utilisées.

Hier soir vers 18h cette stratégie a percuté un obstacle majeur avec la dégradation de la note de la France : au delà des conséquences pratiques et bien réelles de cette décision sur l’économie française, cette annonce – qui apparemment a surpris les stratèges élyséens – vient gravement perturber le plan de communication du candidat Sarkozy. Là ce n’est plus lui qui dicte l’agenda, qui sans cesse propose des pistes pour demain et qui espère ainsi échapper à une analyse plus minutieuse de son action et de ses résultats lors de son mandat,  mais c’est un tiers – Standard & Poor‘s  – qui dicte le sujet dont on va parler, que les journaux vont commenter interminablement dans les prochains jours, qui fera l’ouverture des prochains 20h ; or ce sujet ramène systématiquement au bilan de la présidence Sarkozy, ce que manifestement il fallait absolument éviter.

Ici on prend conscience du risque important que Nicolas Sarkozy avait pris en sacralisant le triple A français et en dramatisant à outrance sa perte éventuelle. Cela lui permettait en effet de justifier une politique de rigueur et de fustiger le « laxisme » supposé de François Hollande, mais, car il y avait un immense mais, cela ne pouvait fonctionner que si la France n’était pas dégradée avant les élections.

Nicolas Sarkozy a perdu ce pari et cela va sans doute l’obliger à modifier sa stratégie dans les prochaines semaines de campagne, mais désormais les échéances sont proches et toute nouvelle erreur de ce type serait sans doute fatale.

Chem Assayag  (121 Posts)

Chem Assayag est notamment blogueur et écrivain. Il collabore au site Election Présidentielle depuis l’élection de 2007. Il est l’auteur de nombreux articles sur Agoravox, Rue 89, ou Mediapart. Il est le fondateur avec Nicolas Quint du site Neotopia qui aborde les questions économiques et sociales.


Catégories: 2012, Analyses, Analyses & chroniques, Analyses & chroniques · Tags: , ,

2 Responses to "Petite Chronique d’Une Election 28 – Un Pari Perdu"

  1. Peut-être serait-il temps de se demander si l’un des candidats aux présidentielles est le plus grand séducteur du monde ? La chanson de François Perrot tombe à point : elle vous donne la réponse ! Ecoutez « le plus grand séducteur du monde » sur You Tube et sur http://www.chansons-perrot.com . Dites-en du bien autour de vous. Merci.

  2. [...] politique retiendra probablement la perte du triple A français chez Standard’s & Poor et un « Pari perdu » pour Nicolas Sarkozy. S’il est encore trop tôt pour en évaluer les conséquences sur l’élection, un point [...]