Articles

élection présidentielle 2017 » 2012, Analyses, Analyses & chroniques, Analyses & chroniques, Sondages, Sondages » Le socle électoral de Nicolas Sarkozy peut-il s’effriter ?

Le socle électoral de Nicolas Sarkozy peut-il s’effriter ?

La question taraude ces derniers jours de nombreux observateurs politiques : et si le doute qui étreint aujourd’hui le camp présidentiel entraînait Nicolas Sarkozy dans les bas fonds des intentions de vote à l’élection présidentielle ? Et si les intentions de vote dont est créditée Marine Le Pen venaient à dépasser celles du Président pas encore candidat ? Passage en revue des dernières enquêtes électorales et premiers éléments de réponse.

Commençons par les faits. Les trois enquêtes d’intentions de vote à la présidentielle réalisées cette semaine s’accordent sur un point : François Hollande sort renforcé du discours prononcé au Bourget tandis que Nicolas Sarkozy tend à perdre du terrain face à son rival socialiste.

Ceci n’est pas sans incidence sur le moral des troupes. Alors que trois Français sur dix pariaient il y a un peu plus de deux semaines sur la victoire de Nicolas Sarkozy le 6 mai prochain, ils ne sont plus que 23% selon les dernières données de l’institut CSA, et seulement 19% selon Ifop. A contrario, quatre Français sur dix environ (CSA : 43% ; Ifop : 39%) pronostiquent une victoire du candidat socialiste. Tout aussi préoccupant pour le président de la République, près de sept sympathisants de gauche sur dix parient sur la victoire de leur candidat lorsque seul un sympathisant de droite sur deux exprime la même opinion pour Nicolas Sarkozy.

L’état de cristallisation des électorats permet lui aussi de mieux apprécier le trouble qui semble gagner aujourd’hui la majorité présidentielle. Le socle électoral de Nicolas Sarkozy apparaît aujourd’hui sensiblement inférieur à celui qui était le sien en 2007 (de l’ordre de -6 à -9 points selon CSA, Ifop et Opinion Way) et semble de surcroît empreint d’une certaine fragilité, comparé à celui de François Hollande. Un peu plus de quatre électeurs sur dix (41%) exprimant une intention de vote de premier tour pour Nicolas Sarkozy déclarent pouvoir changer d’avis d’ici le 22 avril prochain contre un tiers de ceux portant leur choix sur le Député de Corrèze.

On le pressent, Nicolas Sarkozy n’est pas à l’abri d’un nouveau décrochage dans les prochaines enquêtes d’intentions de vote. Et il semble y davantage exposé que François Hollande. Il n’est toutefois pas le seul dans cette situation : celui de Marine Le Pen apparaît tout aussi fragile que celui du probable candidat soutenu par l’UMP : 44% des électeurs interrogés par CSA en début de semaine et exprimant une intention de vote pour la présidente du Front National déclaraient pouvoir changer d’avis d’ici le premier tour de l’élection présidentielle. Difficile dans ces conditions d’y voir plus clair sur d’éventuels mouvements d’opinion. En l’état, l’écart entre Nicolas Sarkozy et Marine Le Pen semble préserver le président sortant du risque d’un éventuel « 21 avril à l’envers » : huit points d’écart entre les deux candidats chez CSA, sept points chez Opinion Way. Reste l’exception Ifop dont les tendances semblent annoncer un prochain croisement des courbes d’intentions de vote. Dans la dernière livraison de « La présidentielle en temps réel« , Nicolas Sarkozy ne devance plus Marine Le Pen que 1,5 points. L’annonce par le chef de l’Etat de mesures impopulaires, au premier rang desquelles la TVA sociale, lors de son intervention télévisée de ce dimanche 29 janvier pourrait être déterminante.

(Image : http://www.formxl.com)

 

Yves-Marie Cann  (63 Posts)

Fondateur et animateur du site. Directeur des études politiques chez Elabe, cabinet d'études et de conseil indépendant. Auparavant directeur-adjoint du Pôle Opinion-Corporate de l'Institut CSA, après sept années passées au Département Opinion et Stratégies d'entreprise de l'Ifop. Les articles publiés ici n'engagent que leur auteur.


Catégories: 2012, Analyses, Analyses & chroniques, Analyses & chroniques, Sondages, Sondages · Tags: , , , , ,

One Response to "Le socle électoral de Nicolas Sarkozy peut-il s’effriter ?"

  1. Olivier 33 dit :

    Le socle électoral de Marine LE PEN ne peut pas être inférieur à 19%.
    En effet, 19% est le score réalisé par le FN aux cantonales de mars 2011 (moyenne des 75% de cantons où le FN a présenté un candidat); or les cantonales défavorisent le FN car sont des élections de notables où, compte tenu du mode de scrutin majoritaire (trafiqué 2 mois avant encore par le gouvernement pour réduire les triangulaires), le FN mobilise toujours très peu d’électeurs.
    Or il a fait 19% ( et 40% sur la moyenne des cantons où il était présent au second tour).
    C’est dire qu’à une présidentielle, le score de Marine LE PEN sera mathématiquement beaucoup plus haut.
    Avec Sarkozy à 22-24% des estimations, il est aujourd’hui évident que Marine est d’ores et déjà au second tour.