Articles

élection présidentielle 2017 » 2012, Analyses, Analyses & chroniques, Analyses & chroniques » Petite Chronique d’Une Election 37 – Le Grand « Méchenlon »

Petite Chronique d’Une Election 37 – Le Grand « Méchenlon »

Voilà on le tient le troisième homme, l’outsider, le candidat qu’on n’avait pas vu venir et qui s’affirme au fur et à mesure de la campagne, et le gagnant est Jean Luc Mélenchon !

Celui qui était encore regardé il y’a quelques semaines par de nombreux observateurs comme la résurgence fossile et nostalgique d’une gauche disparue, ou comme un remarquable tribun mais un homme politique qui ne pouvait pas s‘appuyer sur une organisation ou un parti susceptibles de faite vivre sa candidature – à l’instar d’un François Bayrou -, apparaît comme le candidat bénéficiant de la dynamique la plus favorable.  La probabilité de voir Mélenchon occuper la troisième place au soir du premier tour est ainsi passée de la prévision très hasardeuse à une hypothèse crédible comme le montre encore le sondage Louis Harris publié le 1er avril.

En outre le candidat du Front de Gauche arrive à des niveaux d’intentions de vote (autour de 15%) qui permettent d’enclencher des effets vertueux : les commentateurs sont obligés de s’intéresser à lui de façon de plus en plus importante et donc de mieux le faire connaître, les autres candidats doivent se positionner par rapport à cette évolution de la campagne lui faisant ainsi une forme de publicité indirecte… Dans ce contexte l’entrée très prochaine dans la phase officielle de la campagne avec une stricte égalité des temps de parole est aussi un élément qui risque de le favoriser.  Jean Luc Mélenchon deviendrait alors l’épouvantail de cette élection, le grand « Méchenlon », celui dont tout le monde devrait se préoccuper sérieusement, et singulièrement François Hollande.

Mais comment analyser ce succès ? Quelles sont les raisons de cette progression ininterrompue ? Au delà des analyses classiques sur le style de l’homme – grande clarté dans l’expression, propos vifs et percutants, caractère trempé, voire « soupe au lait »,  assumé -, il nous semble que c’est le contenu même de la campagne de Mélenchon qui fait mouche. En effet ce dernier a placé l’économique et le social au cœur de son discours, rejoignant ici les préoccupations les plus importantes des français. Ce positionnement structure son programme et ce depuis le début, dès lors sa candidature a une densité, un contenu, une ligne, une colonne vertébrale.

A contrario la campagne d’un Nicolas Sarkozy qui évolue sans cesse en zigzag avec une annonce par jour – rappelons que le programme du candidat président n’a toujours pas été publié ! -, ou celle d’un François Hollande qui apparaît surtout soucieux de ne fâcher personne, semblent être des contenus sans forme, invertébrés, sans idéologie, sans convictions réelles, autre que celle de vouloir être élu.

Alors bien sûr certains pourront trouver le programme de Jean Luc Mélenchon irréaliste, inefficace, voire dangereux, mais sa campagne est bien une campagne pleinement politique, car il affirme la volonté de changer les choses, d’œuvrer pour que la société évolue vraiment. Son succès montre que les Français restent sensibles à cette façon de faire de la politique, à cette vision d’un pouvoir sur le cours des évènements.

Chem Assayag  (121 Posts)

Chem Assayag est notamment blogueur et écrivain. Il collabore au site Election Présidentielle depuis l’élection de 2007. Il est l’auteur de nombreux articles sur Agoravox, Rue 89, ou Mediapart. Il est le fondateur avec Nicolas Quint du site Neotopia qui aborde les questions économiques et sociales.


Catégories: 2012, Analyses, Analyses & chroniques, Analyses & chroniques · Tags:

2 Responses to "Petite Chronique d’Une Election 37 – Le Grand « Méchenlon »"

  1. V pour vendetta dit :

    Bonjour à tous et merci pour ce débat enflammé !!

    Je soulignerai juste notre devise républicaine : Liberté Egalité Fraternité

    Liberté de choisir une constitution européenne (ou pas !), Liberté de ne pas subir le poids de la mondialisation (mais surtout des requins des agences de notation!),Liberté de pouvoir refuser l’austérité (cause de la spéculation immobilière et banquière)…

    Egalité devant l’impôt (et le droit d’accéder à la propriété), Egalité des hommes devant la justice (Affaire clearstream , Affaire Bettencourt etc…) Egalité de traitement face aux licenciements et restructurations ( Goldens parachutes face à Continental)

    Fraternité des hommes entre eux (et pas les nantis contre les démunis) ,Fraternité des Français pour combattre l’austérité ( encore merci les spéculateurs!) , Fraternité des démunis envers les autres pour ne pas rester dans l’assistanat mais aussi Fraternité des nantis pour ne pas fuir dans des paradis fiscaux et enfin mettre la main au portefeuille (via la fin des niches fiscales et une justice sur les impôts) ….

    Bref la liste n’est surement pas exhaustive … loin de là … Mais comment ne pas être révolté par un président DE TOUS LES FRANCAIS, LE PRESIDENT DU POUVOIR D ACHAT (il est ou le pouvoir d’achat?)et de plus il a le culot de nous resservir la soupe réchauffée de 2007 !!! aux armes et caetera !!!

  2. LE NAGARD dit :

    Hello,
    Effectivement, cet homme dont on se moquait, le raillant lorsqu’il était à peine à 5% réussit à réunir des abstentionnistes et différents courants. Soudain les responsables politiques s’aperçoivent que les électeurs sont intéressés par l’économie et le social plutôt qu’à la naissance du petit (ou de la petite…) dernier. Et devinez quoi cela ne s’arrêtera pas à cette élection, un écoeurement grandissant contre l’argent roi irrigue la population et face à une droite « décomplexée », il est tant que les drapeaux rouges soient redressés. On ne clame pas son nom dans les meeting, mais bien le terme « Résistance »… On va en trouver des patrons qui coûtent moins chers, la France est riche de sa population éduquée et je rejoins Emmanuel Todd lorsqu’il explique que la majorité des nantis ( je parle des 0,05% de la population touchant plus de 360 000 euros par an ) n’iront pas s’installer ou investir ailleurs de par leur faible niveau en Anglais :) .