Articles

élection présidentielle 2017 » 2012, Analyses, Analyses & chroniques » Petite Chronique d’Une Election 44 – Présidence Normale et Temps Extraordinaires

Petite Chronique d’Une Election 44 – Présidence Normale et Temps Extraordinaires

Voilà c’est fait, nous avons un nouveau Président de la République en la personne de François Hollande. Evidemment il ne s’agit pas d’une surprise tant sa victoire était attendue depuis son succès lors des primaires socialistes. Néanmoins il est utile de rappeler que peu de monde aurait misé un euro sur ce scénario il y a encore 18 mois (en août 2010 F. Hollande était beaucoup moins « performant » que DSK et Martine Aubry dans les sondages en cas de duel avec Nicolas Sarkozy). Si l’accession de François Hollande à l’Elysée paraît donc normale, naturelle, il faut donc souligner qu’il a été longtemps perçu comme un outsider et non pas comme un favori. L’évidence n’en était donc pas une ! et elle s’est forgée au fil du temps.

Notre nouveau président est donc un homme de paradoxes, et sans doute le paradoxe le plus intéressant est sa volonté d’apparaître comme un « président normal » – nous nous permettrons ici une petite digression, plutôt que de se définir ainsi François Hollande aurait dû parler de « présidence normale » pour éviter les malentendus – et ce au moment justement où la situation du pays est tout sauf normale. En effet nous vivons des temps troublés, complexes, tant la crise économique et sociale est forte.  Les temps sont extraordinaires, comme le montre par exemple la situation en Grèce, et la France, et l’Europe dans son sillage, ont rendez vous avec l’Histoire.

Nous sentons tous, avec plus ou moins d’acuité, que dans les prochains mois va se jouer un choix fondamental quant au modèle de développement choisi pour le pays: faisons- nous  le choix de l’orthodoxie budgétaire et monétaire pour apurer nos dettes, ce qui de facto remettra en cause la spécificité française en matière de services publics, de protection sociale et de rôle de l’Etat ? Ou bien faisons nous le choix de préserver ce modèle avec le risque de déclencher une crise en Europe, affoler les marchés et rendre le retour à l’équilibre budgétaire très délicat ?

Sur le plan politique voire philosophique cela revient à décider entre l’acceptation du primat de l’économie sur la société ou bien au contraire la volonté de « domestiquer » l’économie au service de la société.  Ici c’est la nature même du mandat des gouvernants et du pouvoir que leur délègue le peuple qui est en jeu.

En outre le poids économique mais aussi symbolique de la France en Europe est tel que ce choix sera certainement déterminant dans les orientations prises sur l’ensemble du continent.

Sans aucun doute François Hollande est conscient de ces enjeux majeurs, nationaux et internationaux, et du rôle qu’il devra jouer dans ce contexte.  Il nous faut donc espérer pour notre pays qu’en ces temps extraordinaires il sera un président extraordinaire.

 

Chem Assayag  (121 Posts)

Chem Assayag est notamment blogueur et écrivain. Il collabore au site Election Présidentielle depuis l’élection de 2007. Il est l’auteur de nombreux articles sur Agoravox, Rue 89, ou Mediapart. Il est le fondateur avec Nicolas Quint du site Neotopia qui aborde les questions économiques et sociales.


Catégories: 2012, Analyses, Analyses & chroniques

Comments are closed.