Articles

élection présidentielle 2017 » Elections (France), Sociologie électorale » Les ressorts du vote Bayrou chez les internautes

Les ressorts du vote Bayrou chez les internautes

La dynamique de campagne dont bénéficie le président de l’UDF contrarie la perspective d’un duel final opposant Ségolène Royal à Nicolas Sarkozy. Afin de comprendre le « phénomène Bayrou », nous avons demandé aux membres de notre panel « Objectif 2007″ ayant l’intention de voter pour lui de nous exposer les raisons de leur choix. Au total, 242 personnes nous ont répondu à l’occasion de notre enquête mensuelle réalisée du 1er au 7 mars. L’analyse de leurs verbatims apporte un éclairage pour le moins original sur le vote Bayrou chez les internautes.

Les « héritiers » du général du Gaulle présentent fréquemment l’élection présidentielle comme la rencontre d’un homme avec le peuple français, le premier se devant de dépaser les clivages partisans structurant traditionnellement la vie politique française. Sur ce point, les motivations du vote Bayrou chez les internautes invitent à ne pas négliger cette dimension peut être trop vite oubliée par certains. Plus précisément, les intentions de vote exprimées en faveur de François Bayrou se structurent autour de trois éléments-clés.

 

Les qualités personnelles du candidat.

En premier leu, François Bayrou bénéficie de traits d’image particulièrement favorables. A cet égard, les références tant à l’honnêteté du candidat qu’à sa sincèrité s’avèrent nombreuses et laissent paraître en creux les représentations négatives associées par ses électeurs à Ségolène Royal et Nicolas Sarkozy. Plus suprenant, on notera également la capacité du candidat centriste à incarner une certaine « force tranquille » à même de rasssurer des électeurs que les actes et/ou les propos de Ségolène Royal et Nicolas Sarkozy peuvent inquiéter.

- « Seul candidat qui me paraisse sincère, convaincu, désinteressé. » (Homme, 50-64 ans, sympathisant socialiste)

- « Le plus crédible. » (Homme, 50-64 ans, sympathisant socialiste)

- « Honnête, responsable, réaliste. » (Homme, 18-24 ans, sympathisant UDF)

- « Pour sa pondération, son envie de changer les choses et sa sagesse. » (Femme, 35-49 ans, sympathisant UDF)

- « Son langage de vérité en rupture avec les habitudes électoralistes. Son courage et sa constance dans ses opinions. » (Homme, 65 ans et plus, sympathisant MPF)

- « Sincère, objectif, réfléchi, charisme. » (Femme, 18-24 ans, sans préférence partisane)

- « Un candidat qui se met au niveau des Français et qui ne fait pas d’attaques directes de ses adversaires, contrairement à eux! » (Homme, 25-34 ans, sans préférence partisane)

 

Le réalisme et la crédibilité de son projet présidentiel.

Les propositions programmatiques de François Bayrou apparaissent comme le deuxième élément constitutif des intentions de vote exprimées en sa faveur par les internautes. En effet, ces derniers les jugent réalistes et affirment apprécier un candidat qui, de leur point de vue, ne cède pas à la tentation de faire plaisir à tout le monde. De part cette posture, le candidat centriste parvient à se distinguer positivement de ses principaux adversaires.

- « Son discours me parait réaliste, moins démagogique que les autres. » (Femme, 50-64 ans, sympathisant socialiste)

- « Le seul qui ne fasse pas de promesses extravaguantes. » (Homme, 18-24 ans, sympathisant UDF)

- « C’est le seul qui ne fait pas la course aux voix des électeurs par le biais de promesses inconsidérées. Il propose de faire travailler ensemble les personnes de bonne volonté pour faire enfin sortir la France de l’ornière dans laquelle le bipartisme l’a conduite. » (Homme, 35-49 ans, sympathisant UMP)

- « Il croit en ses projets et propose des solutions qui ont le mérite d’être crédibles et réalisables. » (Homme, 18-24 ans, sans préférence partisane)

- « Ses promesses sont réalistes, il parait plus « proche des gens » que les candidats de gauche et de droite, et surtout il ne s’enfonce pas dans le clivage improductif. » (Homme, 18-24 ans, sans préféfence partisane)

 

Le refus du clivage gauche-droite.

Enfin, la volonté clairement affichée par François Bayrou de dépasser le traditionnel clivage gauche-droite suscite une adhésion massive, bien au-delà des rangs de l’UDF. Dans un contexte de défiance politique élevée à l’encontre de la gauche et de la droite gouvernementales, on est frappé par l’attrait exprimé par de nombreux sympathisants du Parti socialiste et de l’UMP mettant en exergue la volonté de candidat de gouverner avec « les meilleurs ».

- « Parce qu’il veut sortir la France de l’éternel clivage Gauche/Droite, que ni la Gauche au pouvoir et encore moins la Droite ne m’ont satisfaite. » (Femme, 35-49 ans, sympathisant socialiste).

- « La possibilité de travailler avec la gauche ET la droite. » (Homme, 35-49 ans, sympathisant socialiste)

- « Il est le seul à parler des très graves difficultés de notre pays et d’envisager de les faire mettre à plat par des individus compétents et de bonne volonté d’horizons politiques divers. » (Femme, 50-64 ans, sympathisant UDF)

- « C’est le seul candidat à prôner une union nationale. Ras-le-bol des clivages politiques gauche/droite qui ne pensent qu’a leur parti rerspectif et non aux Français(es). » (Homme, 50-64 ans, sympathisant UDF)

- « Le changement, le rassemblement et l’utilisation des meilleurs compétences de droite et de gauche. » (Homme, 25-34 ans, sympathisant UMP)

- « Pour que les bonnes solutions de droite et de gauche puissent peut être se réaliser. » (Homme, 65 ans et plus, sympathisant UMP)

- « Sa volonté de s’affranchir des clivages droite/gauche pour gouverner la france avec toutes les bonnes volontés de la nation afin de sortir cette dernière de sa situation d’inertie et d’engager les véritables réformes pour réhausser notre pays afin qu’il puisse retrouver toute sa place et sa grandeur. » (Homme, 25-34 ans, sympathisant UMP)

- « C’est un candidat qui peut rassembler les élites et fédérer les énergies pour permettre à la France de sortir de l’impasse dans laquelle les différents pouvoirs en place l’on conduite. » (Homme, 50-64 ans, sans préférence partisane »

Yves-Marie Cann  (195 Posts)


Catégories: Elections (France), Sociologie électorale

Comments are closed.