Articles

élection présidentielle 2017 » Chroniques » Petite chronique d’une élection (3)

Petite chronique d’une élection (3)

Surprise

La victoire de Ségolène Royal pour l’investiture du candidat du PS est une énorme surprise. Les sondages et le « buzz » médiatique des derniers mois nous ont fait oublier qu’il y’a un an à peine, au congrès du PS au Mans, très rares étaient ceux qui auraient misé le moindre centime sur la femme à l’éternel tailleur blanc. Au-delà de sa personne et de sa candidature c’est l’irruption totalement inattendue d’une figure crédible au poste de Président de la République qui est passionnante.

Il y’a peu Ségolène était ce qu’on appelle un second rôle au cinéma : visible, reconnaissable, appréciée, mais pas de celle ou de ceux qui occupent le devant de la scène, qu’on invite au 20h, qui se disputent le poste suprême. En quelques mois, ce qui n’est rien quand on regarde par exemple le temps qu’aura mis un Nicolas Sarkozy à briguer sérieusement le même poste, l’improbable est devenu possible. Un jour, calmement, il faudra faire l’analyse de ce phénomène ; mais on peut essayer d’avancer une explication à chaud.

Ségolène Royal incarne un vote protestataire policé.

Ceux qui veulent changer de têtes, qui en ont marre des vieux briscards de la politique, qui veulent du neuf – et la fait que ce soit une femme, relativement jeune, joue ici en sa faveur-, mais en même temps ne se réfugient pas dans les votes extrêmes sans débouchés, ont choisi de bousculer l’ordre établi en prenant parti pour elle. Ici, Ségolène Royal, pur produit classique de l’énarchie politique, dans le circuit du pouvoir depuis près de 25 ans (conseillère sur les questions sociales et environnementales de Mitterrand dès 1982, trois fois ministre, Présidente de la région Poitou-Charentes…) aura réussi le tour de force de faire croire à sa virginité politique. C’est sans doute là sa plus grande victoire.


Chem Assayag  (121 Posts)

Chem Assayag est notamment blogueur et écrivain. Il collabore au site Election Présidentielle depuis l’élection de 2007. Il est l’auteur de nombreux articles sur Agoravox, Rue 89, ou Mediapart. Il est le fondateur avec Nicolas Quint du site Neotopia qui aborde les questions économiques et sociales.


Catégories: Chroniques

3 Responses to "Petite chronique d’une élection (3)"

  1. François dit :

    Est-ce Ségolène et ses conseillers en communication qui ont fait en sorte de générer la bulle médiatique ou bien l’inverse, les média qui ont porté la candidate socialiste au firmament des sondages ?

    En tout cas, je constate que la primaire au PS lui a permis de donner du corps à sa candidature.. Etait-ce voulu par certains du parti ?

    François
    http://www.programme-presidentiel.com/

  2. à Karim,

    effectivement par rapport aux derniers mois ce n’est pas une surprise mais je me place dans une logique un peu différente, sur la durée.
    Ensuite, si, comme vous semblez le croire la désignation de S Royal est due aux médias, c’est bien qu’elle n’était pas un personnage de premier plan, crédible en candidat à l’élection il y’a encore peu de temps.. il s’agit donc bien d’une surprise.

    Cordialement,

    Chem Assayag

  3. Karim dit :

    La désignation de S. Royal n’est en rien une surprise : tous les médias ont fait en sorte que cela arrive.

    Il ne faut pas prendre les gens pour des cons tout de même.