Articles

élection présidentielle 2017 » News » Ca roule pour Ferrari !

Ca roule pour Ferrari !

Sur la touche de votre télécommande, vous avez généralement la touche 4 en dessous de la touche 1. Depuis son interview musclée avec le ministre de l’Intérieur et président de l’UMP, le 30 octobre 2005, la journaliste Laurence Ferrari a en quelque sorte dégringolé de la touche 1 pour la touche 4.

En effet, longtemps seconde animatrice « vedette » du journal télévisé de TF1 derrière l’indéboulonable Claire Chazal, Laurence Ferrari s’est vu progressivement écartée de la première chaîne pour se retrouver chaque dimanche sur Canal+ à animer une émission cent pour cent politique, « Dimanche+« .

L’impertinence ou plutôt le fait de ne pas « avoir servi la soupe » à l’invité politique a permis à Laurence Ferrari de se retrouver au coeur d’une émission plus courte, enlevée et variée dans les rubriques et les interviews politiques. La journaliste, qui débuta sa première le 10 septembre dernier, reconnaissait avoir acquis une liberté totale dans la façon d’interroger les politiques français, depuis son départ de TF1. Rappelons également que son époux, Thomas Hugues, fut lui aussi écarté de TF1 pour se retrouver sur I-Télé, la chaîne d’information continue de Canal+.

Revenons à Dimanche+. Laurence Ferrari tient dans son émission une interview dite « les yeux dans les yeux ». Celle-ci veut « contribuer à remettre la politique au coeur de notre vie, de rendre plus audible la parole des hommes et des femmes politiques et de permettre aux électeurs de se réapproprier le débat qui va entourer cette élection majeure de 2007« . Le premier a y passé fut Dominique Strauss-Kahn. Puis vinrent Edouard Balladur, Laurent Fabius, François Hollande, François Fillon… L’invité de dimanche dernier fut Xavier Bertrand, ministre de la Santé et des Solidarités. Les invités sont généralement des « seconds couteaux » ou des personnalités politiques de premier plan, mais n’ayant peu ou pas d’ambition présidentielle pour 2007.

La méthode d’interview de Laurence Ferrari est généralement classique, mais la journaliste y ajoute des questions plus gênantes ou mettant en contradiction les positions ou les propos de son invité. En comparaison du journal de TF1, Laurence Ferrari interpelle en moyenne une dizaine fois son interlocuteur contre une à deux fois pour PPDA ou Claire Chazal. Sur TF1, l’invité politique s’attend à un entretien plus convenu pour mieux faire passer son message.

L’essai a néanmoins ses limites. Les petits reportages sur l’invité nous font plus découvrir celui-ci dans son quotidien politique, sans que cela ne soit émaillé de révélations fracassantes. Seule victime, Dominique Strauss-Kahn, pris en flagrant délit de communication politique. On avait appris, grâce au micro caché de Dimanche+, que DSK avait mis en scène sa descente à la FNAC pour y acheter un CD musique pour son fils, sachant que l’idée lui fut soufflée par son directeur de cabinet ! Mais Laurence Ferrari fait quand même peur. Surtout à Edouard Balladur qui hésita longuement à répondre à l’invitation de Dimanche+, l’ancien premier ministre la jugeant trop « impertinente« . Ou encore à Jack Lang, très agaçé de s’être vu demandé par la journaliste s’il avait obtenu ses signatures pour se présenter aux primaires du Parti Socialiste.

Autour des entretiens menés par Laurence Ferrari, quelques bonnes rubriques viennent s’y ajouter : « la caméra embarquée » (celle qui piégea DSK) ; le dossier politique de la semaine (mention spéciale à la denière consacrée à François Bayrou) ; les « off » de la campagne présidentielle consacrés aux rumeurs et petites phrases politiques (chaque protagoniste y est présenté avec la tête gonflant comme un ballon) et enfin le fameux « Campanet », rubrique très courte et consacrée « au bon goût de la campagne [présidentielle], mais sur le net !« . Dans cette dernière rubrique, on peut regretter que les blogs et sites politiques évoqués soient souvent ceux consacrés à Ségolène Royal et Nicolas Sarkozy.

Laurence Ferrari semble avoir trouvé son rythme de croisière avec Dimanche+. Moins coincée et plus épanouie, la journaliste suscite l’intérêt et l’écoute sur Canal+, alors qu’elle endormait son auditoire sur TF1. Dans la course que se livrent les grandes écuries de la télévision à l’approche de l’élection présidentielle, c’est véritablement un retour gagnant pour Ferrari !

ep.fr  (159 Posts)


Catégories: News

2 Responses to "Ca roule pour Ferrari !"

  1. sophie dit :

    Laurence Ferrari est la meilleure journaliste du moment, on regarde son émission justement pour ses interview qui ne sont pas molles et sans intérets, comme sur d’autres chaines…alors continuez ainsi…vous êtes la meilleure !

  2. GRESSE dit :

    N`est pas ELKABACHE qui veut…Le grand défaut de certains journalistes, c`est de se prendre au sérieux et au fur et à mesure des interviews, oublier les limites de la bienséance….