Articles

élection présidentielle 2017 » Chroniques » Le regard de Bernard Sananes : Les trois erreurs de Sarko-Sego qui ont fait monter Bayrou

Le regard de Bernard Sananes : Les trois erreurs de Sarko-Sego qui ont fait monter Bayrou

Au-delà du sens tactique dont Bayrou a fait preuve en apparaissant fin janvier comme « neuf » par rapport à la surexposition médiatique du duopole , au-delà de sa posture anti- média et anti élites, que l’on pourrait croire inspirée de l’étude que l’agence avait réalisée il y a quelques années décrivant « la société de défiance » et dont le béarnais a su se faire le héraut, il y a trois autres erreurs de Sarko-Sego qui me semblent décisives pour comprendre comment Bayrou s’est installé.

Le primat au marketing de la demande.

Depuis plusieurs mois, je répétais qu’un des changements de cette campagne, était de voir triompher le marketing de la demande. Le succès de Sarko et de Ségo en était la traduction criante. Les deux surfaient sur la bonne foi de groupe quali et de réelles remontées terrain, l’un sur le besoin de changement l’autre sur le désir de protection. Sur chaque thème, parfois en brouillant les lignes, ils ont su saisir la demande de l’opinion, la reformuler. Sur la sécurité, la carte scolaire, les 35h, leur savoir-faire c’était de répondre aux demandes. Et puis, et d’abord chez Sarko est apparue la question de la cohérence. Donner raison à tout le monde, s’adresser dans le même discours, dans la même émission à toutes les catégories sociales et professionnelles comme si elles n’écoutaient pas ce qui était dit au voisin a montré ses limites. Personne n’a jamais vu apparaître dans aucune étude, j’en suis sûr l’envie de sortir de la bipolarisation (moi non plus, je vous rassure). Parce que cette demande n’existait pas. L’instinct politique de Bayrou l’a conduit à proposer cette offre nouvelle. Et pour l’instant le marketing de l’offre semble plus dynamique que le marketing de la demande. Sans doute parce que même à l’heure d’Interne et de la segmentation, la politique reste une affaire d’offre.

Le sur-investissement sur les classes populaires.

Les classes populaires devaient être le cœur de cette campagne, l’endroit de basculement vers un candidat ou vers un autre. Ségo et Sarko les ont chouchouté, dorloté .Pendant un an ou presque, ils n’ont parlé qu’à eux. En se concentrant sur les thèmes du quotidien .En manquant transformer la campagne en une législative. En tenant des propos simples, voire simplistes .En délaissant les grands sujets, parce qu’ils n’intéressaient pas l’opinion. Rien sur l’Europe, rien sur les institutions. Ce n’était pas populaire. Bayrou a réussi sa progression en allant parler aux cadres et aux CSP +. Electoralement, cela ne semblait pas payant. Mais c’est par les CSP+ qu’il a réussi à gagner en légitimité et qu’il est ensuite parti à la conquête de l’électorat populaire où il fait aujourd’hui jeu égal avec les deux autres. Les CSP+ ont dans cette campagne montré qu’elles conservaient leur rôle de trend-setters de l’opinion contrairement par exemple au référendum.

Le changement, vous d’abord.

Cette campagne aurait du être une campagne de changement. Changement de politique économique et sociale pour Ségolène, changement de fond mais aussi de style, de rythme, pour Sarko. Mais l’absence de souffle du projet socialiste a vite démontré que le changement pouvait être un retour en arrière et la rupture sarkoziste n’a pas fini d’inquiéter même depuis le « j’ai changé ».Alors Bayrou dont le projet propose le moins de changement économique et social, dont le programme provoquerait le moindre bouleversement, a sorti de son chapeau une martingale incroyable. Si vous m’élisez dit il en quelque sorte, ce sont les politiques qui seront contraints de changer. En s’alliant entre eux, en faisant exploser le système partisan. Sous entendu, vous français n’auraient pas obligation de changer. Voilà pourquoi Bayrou n’inquiète personne, ne fait peur à aucune catégorie. Ni les enseignants, ni les syndicalistes, ni les chefs d’entreprise, ni les cadres. Et voilà aussi pourquoi il a des chances raisonnables aujourd’hui d’être élu.

Cet article a été publié une première fois sur Le Weblog de Bernard Sananes
ep.fr  (159 Posts)


Catégories: Chroniques

5 Responses to "Le regard de Bernard Sananes : Les trois erreurs de Sarko-Sego qui ont fait monter Bayrou"

  1. EUKINI dit :

    Monsieur Gaillot ecrit:

    …Qui sera totalement déconsidéré, politiquement, sur “la scène internationale”.

    monsieur Gaillot sortez un peu de votre bulle SVP! La France? mais c’est devenu QUOI la France?
    Qui parle encore le français? Les Canadiens puis qui? En Afrique c’est l’amerlok et le Chinois qu’il vont apprendre à parler et pour du coup se faire piller jusqu’à la moelle! Là ils vont savoir de quoi ils parlent, ce ne sera pas un héritage colonialiste à la française!.SUR!

    Quant à nous, ben vous parlez d’une considération! Quand on a voulu se payer le Mital histoire de lui dire stop touche pas à mon usine qu’elle est belle, vous avez vu? Deux coups de fil et PAF on s’en est pris plein la tronche, on avait l’air malin à remorquer notre carcasse en faisant le grand tour pour ne pas ajouter au ridicule une facture salée pour un second passage dans le canal de suez! Ça vous suffit pas? Vous avez des idées préconçues sur Jean Marie Le Pen.

    Il est IMPOSSIBLE de faire PIRE que les nuls qui viennent de gouverner et en redemandent .
    Mais si vous aimez vous faire voler et vendre à Bruxelles pour 3 francs et six sous, votez pour eux.
    Moi je ne le ferai pas car ils ont TOUS étés au pouvoir en tant que Ministres et TOUS ont échoués.
    Bayrou, Sarkozy et Royal. C’est des loosers et je ne vote pas pour des loosers. Ma vie est trop courte pour la gâcher avec ces guignols!

    Je ne dis pas que Le PEN va réussir car il est très âgé et notre pays dans uin état industriel et économique lamentable. Mais il ne peux faire que MIEUX!

    Il saura imposer à Bruxelles une rigueur dans les échanges, un contrôle REEL des frontières européennes qui sont de véritables passoires sans parler des combines lamentables d’européanisation de tas de produits qui en fait n’en sont pas et qui TUENT nos emplois nationaux! Il saura relancer l’industrie, lisez donc son programme au lieu d’écouter les radios et télémenteuses!

    Et s’il ne réussit pas, dans 5 ans à 84 piges on le vire et on en met un ou une autre, mais on ne reprends pas toujours les mêmes! C’est des nuls et ils l’ont prouvé! Ils gèrent le pays de l’Ouest de l’Europe le PLUS RICHE de tous et ils l’ont refilé en faillite!

    Plus de 2000 MILLIARDS d’euros de dettes en 35 ans! Nous ne pourrons JAMAIS rembourser c’est évident! Et vous voudriez qu’on re-vote pour ces guignols? Heureusement que Le Pen est là, au moins ca va nous permettre de refiler un grand coup de pompe dans cette pétaudière de plus en plus permissive, puis de plus en plus policière pour finir par être de plus en plus liberticide!

    Moi j’ai pas peur de cet homme j’ai peur des coco mais pas de lui et je veux l’essayer ce vieux bouc et si ça marche pas, hé bien nous changerons on a l’habitude, ça marche JAMAIS depuis qu’on a fichu De Gaulle dehors. Alors pas de quoi s’inquiéter! Entre temps, il va faire le ménage si on ne l’assassine pas et moi ça me va! Bonne soirée Mr Gaillot.
    EUKINI

  2. gaillot dit :

    Post 3

    Non, vous n’allez pas payer, mais le pays, oui !
    Qui sera totalement déconsidéré, politiquement, sur « la scène internationale ».
    Le frontisme est une « idéologie » has been.
    Elle a été usée jusqu’à la trame, au-delà même.
    Par de sinistres prédécesseurs.
    Aussi, vaudrait-il beaucoup mieux pour nos concitoyens, qu’ils fussent sourds et aveugles, chaque fois que l’histrion Le Pen se produit.
    Sauf à ce qu’ils s’exposent à des traumatismes incurables.

  3. EUKINI dit :

    C’est votre avis mon cher Gaillot, mais pas le mien.
    La gauche a TOUJOURS échoué et la droite molle aussi, car elle n’a JAMAIS remis en cause les décisions, lois et décrets de cette gauche utopique tueuse d’emplois. faute de les abroger ils se sont fait avoir comme des benêts. LE PEN va abroger tout cela et vite fait. Seul et avec le peuple par referendum!

    Il fera comme Napoléon III, pas besoin de renverser la république. le peuple décide sur toutes ces questions c’est ca la vraie démocratie, le reste c’est bidon!

    les brailleurs n’auront plus qu’à se taire et regerder comment on gouverne AVEC le peuple et non POUR le peuple!
    Le peuple c’est pas 1 million de gauchistes brailleurs qui defilent dans les rues des que les urnes ne mleurs sont pas favorable. TERMINE!

    Que nous reste-il alors? Et puis si ça fonctionne pas avec Mr LE PEN et ben on le virera dans 5 ans, c’est vite passé! A 84 ans de toutes façon, même s’il a réussi, il aura bien mérité de se reposer un peu avant de passer dans l’autre monde.

    Les benêts pourrons respirer!

    Il ne peut pas faire PIRE que les ces ENArques durant ces 30 dernières années que nous venons de vivre… Vous aviez quel âge? Voyez ces gamins perdus et sans travail, voyez les réponses de la « Royal attitude » à cette femme qui lui demande: QUE FEREZ VOUS si mon usine ferme à cause de votre Europe ouverte à tous vents?

    Réponse: On vous refile une « sécu travail », 90% du salaire! (payé par qui?) elle ne le dis pas!

    Et l’autre de répondre: Madame on veut pas l’aumône, on veut TRAVAILLER! Avoir un VRAI travail dont nous serons fiers! Et l’autre sotte de répondre: « On vous recyclera madame, vous bosserez dans la gériatrie on manque de bras! »

    LAMENTABLE monsieur Gaillot, LAMENTABLE.

    Voter socialiste c’est acheter la corde qui va vous pendre… Voyons, soyez pour une fois réaliste…

    Si vous avez suivi la suite sur la 3, Madame Ockrent et des copains ont tenté de se faire ce pauvre Mistigri vilain pas beau, ils en ont étés pour leurs frais, j’me suis bien régalé. Même à 1 heure du matin ils n’en pouvaient plus, mais lui, ROYAL (hihihihi) est resté aimable, souriant et déterminé.

    Il n’a RIEN promis LUI, mais a expliqué ses solutions et l’économiste amateur invité par Ockrent en a été pour ses frais! Il ne connaissait même pas l’excellent programme du FN et c’est fait refiler en place bien comme il faut. Un REGAL.

    Au moins, avec lui on sait que c’est pas NOUS qui allons payer! C’est toujours ça de pris.
    Bonne soirée monsieur Gaillot.
    EUKINI

  4. gaillot dit :

    Post 1.

    De Gaulle n’a pas parlé de bœufs, mais de veaux …
    À part, votre tentative d’argumentation fait flop.
    Et une couche de république bananière, une !
    C’est pourtant bon la banane.
    Et une couche de Badinguet, une !
    Triste rappel d’un « républicain » reconvertit en dictateur pour le « bien » de la France et des français.
    Aussi falot que le vicaire Bayrou.
    Aussi mégalo que Sarko premier.
    Qui seront aussi dommageables à ce pays que le modèle napoléonien
    précité.

  5. eukini dit :

    Moi je ne partage pas du tout cet avis.
    Mr Bayrou profite de la bi polarisation politique de la France
    L’un socialiste avec ses vieilles Lunes et son Jean Jaurès chéri, puis ses utopies égalitaires qui ne tiennent pas compte d’un monde qui en 20 ans, a plus changé qu’en 1 siècle.

    Et de plus ils ont échoués malgré 14 années de pouvoir et de tentatives sans effet profitable pour la société. Leur vieux chef l’a d’ailleurs avoué en disant au soir de sa disparition et en parlant du chômage « On a pourtant tout essayé! » Quel aveu!

    J’en fus triste pour lui bien que connaissant le bonhomme je n’ai pas pour autant sorti un mouchoir de ma poche. D’ailleurs j’ai plus que des Kleenex.

    L’autre se dit de droite et il tente de gouverner comme il peut, avec des « amis » qu’il doit surveiller comme l’huile sur le feu. Aussi, avec l’héritage des engagements socialistes qui faute de courage politique n’ont pas étés abrogés. Alors lentement mais sûrement, tel l’insecte posé sur le pot de miel il s’englue et plus il se débat dans les cités, dans l’emploi qu’il ne trouve pas, dans l’ordre espéré et plus il se retrouve prisonnier d’un système qui va le broyer. Il est courageux certes, mais il ne peut que perdre à la tâche, cela me semble en tout cas évident.

    Alors le petit peuple regarde tout cela et entend le curé de service qui dit: « Moi j’invite tous les hommes de bonne volonté à s’unir et on va s’en sortir… »

    Et EVIDEMMENT, beaucoup le croient! Oubliant un peu vite que lorsque l’infection a dépassé un certain stade, on a plus que deux choix : On crève de septicémie en pourrissant sur pied ou on COUPE le membre infecté et on peut espérer s’en sortir.

    Le peuple de France est peureux et violent, il ne dit rien durant très longtemps puis explose.
    Il est incapable de se comporter en adulte équilibré, ce n’est pas pour rien que Monsieur DE GAULLE l’a traité de bœuf.
    Un bœuf n’est PAS un taureau, bien y réfléchir. C’était risqué et méchant d’exprimer cela, mais si lucide!

    Voilà pourquoi les bœufs vont voter Bayrou et s’il gagne, ce qui n’est pas exclu, il ne pourra rien faire évidemment, un pensement ici, une attelle et un sparadrap la-bas, mais la température ne tombera pas et ce sera certainement un joyeux retour à la 4eme république ou à la république Italienne.

    De toute façon la facture est TRÈS LOURDE 1,7 Millions d’emplois perdus durant cette dernière législature de 5 années. l’Etat ne sait plus quoi faire. LA PREUVE? Il autorise à laisser se créer des SARL avec…1 euro de capital… TOUT est dit!
    Même les républiques bananière n’oseraient pas!

    Malheur aux vaincus certes, mais celui qui va franchir le Rubicon, (comme disait Napoléon III en tremblant juste à la veille de renverser la république dont il était pourtant le président élu au suffrage universel) va devoir supporter une tâche IMMENSE dont la plupart des candidats n’ont même pas conscience.

    Monsieur Bayrou en est l’exemple parfait, il suffit de voir ce qu’il a su faire comme Ministre ou dans les régions… Inutile de développer.

    Voici en tous cas mon avis!

    Bonne journée à tous, une pensée particulière pour monsieur Gaillot