Articles

élection présidentielle 2017 » Analyses » A contresens : François Bayrou, le début de la fin ?

A contresens : François Bayrou, le début de la fin ?

Au sujet des propositions de François Bayrou, Nicolas Sarkozy indique:"Que propose François Bayrou? De mettre tout le monde dans le même fait-tout, comme on dit en cuisine, de mélanger et avec ça de pérenniser le système. C'est une stratégie de l'immobilisme". Dominique Strauss-Kahn estime que :" la ligne de François Bayrou n'est pas une solution mais une illusion".Une illusion, le terme n'est peut-être pas si loin de la réalité.

Depuis le début , la démarche de François Bayrou est claire : accrocher les électeurs et s'attirer leurs faveurs par une dénonciation permanente de la bipolarisation gauche-droite en général et de la domination des blocs UMP et  PS en particulier, la position de certains médias… Mais après les dénonciations, voici venu le temps des propositions et c'est là que tout se complique pour François Bayrou.

Prenons par exemple l'idée d'un gouvernement de rassemblement national avec des personnalités de gauche et de droite : les noms de Dominique Strauss-Kahn et Jean-Louis Borloo ont été cités. Pour DSK sa position est désormais claire, pour Borloo elle le sera prochainement et certainement en faveur de Sarkozy. Il est vrai que ces deux personnalités auraient été des alliés de poids mais puisque que ce ne sera pas eux, alors qui?

Par cette stratégie, François Bayrou s'est lui-même mis en difficulté. En effet ce choix stratégique n'est pas exempt de failles et encore je pèse mes mots. Des failles que ses adversaires politiques ne vont pas manquer d'utiliser pour démonter son projet. Le seul problème qu'ils ont pour le moment, c'est le choix de l'angle d'attaque. Mais une fois cet angle défini, nous pourrions assister à un véritable massacre.

In fine cette ligne stratégique pourrait être lourde de conséquence pour l'UDF et son président. Pas seulement pour l'élection présidentielle mais aussi pour les législatives. Il risque d'y avoir beaucoup de mouvements au sein de l'UDF dans les mois à venir.

Ce qui est dommage d'ailleurs car François Bayrou avait toutes les cartes en mains pour accéder au second tour mais pour cela le choix stratégique aurait du être tout autre. Après l'extrême centre, je vous propose de découvrir l'extrême chute.

Mais tout ceci n'est que spéculation…

Frederic Lambert  (8 Posts)


Catégories: Analyses

18 Responses to "A contresens : François Bayrou, le début de la fin ?"

  1. EUKINI dit :

    Citation
    marre de la droite, marre de la gauche; faut faire péter le systeme par le centre !
    Ma réponse:
    Le centre n’a JAMAIS fait péter quoi que ce soit, le centre c’est l’immobilisme, c’est « je t’aime bien moi non plus! » c’est cela le centre et quand on est immobile en plein courant d’air, on en crève!
    Les chinois et leur ENORME production se deversant vers l’Europe mal dirigée mal défendue va vous en faire un de ces courants d’air! Attendez vous a attraper un bon rhume!
    EUKINI

  2. BEZ dit :

    Le problème avec Bayrou est qu’il sera rallié par des membres du PS qui seront exclus de ce parti, des membres de l’UMP qui seront exclus de même, et qu’il formera avec eux un nouveau parti du centre, un nouvel état centriste sur un programme consensuel.
    Je ne dis pas que c’est mal, mais l’opposition PS PC verts existera toujours et l’UMP aussi.
    La révolution, ce sera 2 oppositions au lieu d’une!

  3. didon dit :

    marre de la droite, marre de la gauche; faut faire péter le systeme par le centre !

  4. christian dit :

    Le fait que F.Bayrou monte dans les sondages joue en fait contre lui. Plus il monte plus cela joue contre lui à long terme. Plus il monte et plus il sera obligé de dévoiler et d’expliquer son programme. Et plus il expliquera son programme, plus les électeurs se rendront compte de sa superficialité et de son indigence.Un programme mou pour un politique molle!!

  5. CHEREZE dit :

    Nos finances sont exangues. Nous sommes la risée de nos partenaires européens notamment et certainement pas seulement à cause du NON au référendum, c’est une quasi-certitude.
    Il va de soi,c’est également un fait avéré que nos choix politiques sont pour le moins sujet à caution.
    La mesure-phare de Sarkozy selon laquelle il faut travailler plus relève surtout de l’incantation et révèle une impuissance chronique de ce politicien qui prend toute sa dimendion dérisoire dans une posture de mouvements du menton et de super-activité. Il prend comme élément de comparaison Ségolène Royal et le parti socialiste qui depuis 5 ans dans l’opposition n’ont même pas su montrer à aucun moment une image positive, mais seulement de l’aigreur.

    Alors, les détracteurs de F. BAYROU feraient bien de forger des armes à son encontre à la mesure des enjeux majeurs qu’il nous faudra bien affronter quel que soit le successeur de Chirac. Ce dernier a montré encore dimanche soir dernier à quel point son esprit est affecté par son goût du pouvoir…

    Si F. BAYROU gagne le droit de diriger la France et régénère les institutions, il aura accompli une tâche essentielle pour qu’enfin les citoyens puissent vivre ensemble en attendant des jours meilleurs, car qu’on se le dise, IL N’EXISTE AUCUN REMEDE MIRACLE POUR SORTIR LA FRANCE DE SON MARASME A MOINS DE 20 ANS ET ENCORE FAUT-IL QUE NOUS Y METTIONS SANS PLUS ATTENDRE ET TRES SERIEUSEMENT.

    A bon entendeur salut.

    JC

  6. yvan dit :

    Et bien M.Lambert, donnez moi une autre stratégie qui, selon vous, le ferait passer au-dessus du mur ; sinon rendez-vous la 22 avril au soir !

  7. Yvan en aucun cas ce texte a pour but de semer le trouble et mon esprit est loin d’être partisan.Pour preuve j’annonçais dès le mois de septembre 2006 que François Bayrou pourrait être la surprise des présidentielles, dans cet article:

    http://strategistes.blogspirit.com/archive/2006/09/07/bayrou-la-surprise-pour-les-presidentielles-de-2007.html#comments

    Mais si je parle d’extrême chute aujourd’hui, c’est que pour moi sa srategie l’emmène droit de le mur!

  8. gaillot dit :

    Post 10

    …Et si après la pluie venait le beau temps ?…
    Et si les poules avaient des dents ?
    Et si ma tante s’appelait mon oncle ?

    Post 7

    Bayrou tribun ?
    Alors, bonjour tristesse.
    Au dix-septième siècle, un tribun était un démagogue factieux … (Littré).
    Aujourd’hui, le propos est moins connoté, mais appliqué à Bayrou, il est hors contexte.
    Ce politicien, comme la plupart de ses confrères, est un opportuniste.
    Mais pas un sauveur.
    Son discours est d’une pauvreté rare.
    Il a l’imaginaire et la modernité aussi éclatants que l’imagerie d’Épinal.
    Mais il semble que ces défauts notoires soient, pour un certain nombre d’électeurs, des qualités d’homme d’état…
    Pourquoi pas ?
    Nous aurons ainsi, l’insigne bonheur de vivre, s’il est élu, un roman à l’eau de rose.
    Youpi !