Articles

élection présidentielle 2017 » Analyses, Sondages » La sociologie des électorats : Nicolas Sarkozy

La sociologie des électorats : Nicolas Sarkozy

Résultats présidentielle 2007

L’institut IPSOS a réalisé le jour de l’élection une enquête électorale pour aider à mieux comprendre les résultats du vote de dimanche. Cette enquête a été réalisée par téléphone auprès de 3397 personnes inscrites sur les listes électorales.

Arrivé en tête avec 31,1% des suffrages, Nicolas Sarkozy a su emporter l’adhésion d’une proporition non négligeable d’électeurs, atteignant un score jamais atteint par Jacques Chirac au premier tour d’une élection présidentielle (1981, 1988, 1995 et 2002).

La « performance » de Nicolas Sarkozy frappe par sa relative homogénéité au sein de l’électorat, avec un score systématiquement supérieur à 20% (exception faite des salariés du secteur public et des chômeurs : 18% et 19%) voire fréquemment proche de sa moyenne nationale.

Des zones de force existent toutefois et renvoient fréquemment aux catégories d’électeurs traditionnellement favorables à la droite. Il s’agit notamment des électeurs situés au sommet de la pyramide des âges : 41% des électeurs âgés de 60 à 69 ans et 46% de ceux de plus de 70% ont voté pour lui.

Nicolas Sarkozy a également pu compter sur le soutien de nombreux agriculteurs (36%) et d’artisans et/ou commerçants (44%), cette dernière catégorie constituant une zone de force potentielle pour Jean-Marie Le Pen, que ce dernier n’a pas su conquérir. Notons également que si 32% des salariés travaillant dans une entreprise privée ont voté pour l’ancien Ministre de l’Intérieur, seuls 18% de ceux du public (fonctionnaires et entreprisers publiques) ont déposé dans l’urne un bulletin en sa faveur.

Enfin, Nicolas Sarkozy doit aussi son score à sa capacité à rassembler dès le premier tour sa famille politique, voire à capter de nombreux suffrages en dehors de celle-ci. Ainsi, il a pu compter sur le soutien massif des électeurs se déclarant proches de l’UMP (80%) et sur celui d’une proportion non négligeable de sympathisants de l’UDF (19%) et du Front National (15%).

Au total, le candidat de l’UMP a rassemblé sur son nom 63% des électeurs de droite dès le premier tour.

 

Yves-Marie Cann  (195 Posts)


Catégories: Analyses, Sondages

107 Responses to "La sociologie des électorats : Nicolas Sarkozy"

  1. nacer cherif aziz dit :

    commandant en retraite .age 50 ans.cherche emploi dans domaine securite de societe .projet.autres.(adm.gestion) merci. email.naercherifaziz@yahoo.fr

  2. nacer cherif dit :

    je m’appelle nacer cherif moussa .j’ai 49 ans .je suis un technicien superieur au sahara.en ce moment je suis retraité.
    je vous demande du travaille à l’etranger.
    je vous souhaite des bonnes resultats .
    j’attendre votre reponse a mon email:nckhalef1993@yahoo.fr

  3. nacer-cherif dit :

    je m’appelle nacer-cherif moussa,je suis un technicien superieur au sahara,mais à ce moment je suis retraite.je veux vous demande du travaille à l’etranger.
    je vous souhaite des bonnes resultats.
    J’attend votre reponse à mon email:nckhalef1993@yahoo.fr

  4. nacer-cherif dit :

    je m’appelle nacer-cherif moussa

  5. watcha dit :

    Les « anti-assisté » qui parlent sur ce site sont des gens qui ne savent pas ce que c’est d’être dans une situation difficile, je rêverai qu’ils soient nés au fin fond du mali, avec le SIDA et la FAMINE comme unique avenir… Peut être que le mot SOLIDARITE aurait alors un sens pour eux. Les gens qui voient dans la population en difficulté des fainénants, assistés, ou autres profiteur sont simplement des enculés de riches nés du bon côté de la barrière, j’espère voir vos tête bandies sur un pic par une population révoltée…

  6. philipo dit :

    visitez donc le site suivant , ca fait reflechir

    http://www.6mai2007.fr/

  7. Patrick Bellenger dit :

    Wyny tu fais une erreur, Nicolas propose de sanctionner les personnes refusant plus de deux offres, correspondant à leur qualification et à leur région géographique, tu vois encore une approximation (répandue certes) sur ce que propose Nicolas.
    Maintenant et là je te rejoins, bien que tu n’en ait pas parlé, cette mesure devra faire l’objet d’un cadre strict d’application définissant très précisément ce qu’est un refus (refuser un poste à 50 km parcequ’on a pas de moyen de transport, ne doit pas etre considéré comme tel), une qualification (ce n’est pas parcequ’on a une qualification en informatique par exemple qu’on est capable de devenir webmaster) et ce qu’est une zone géographique (les distances en Ile de France ne sont pas du tout les meme qu’en Ardeche compte tenu du maillage transport)

    Quant au « gauchisme ras de plafond » lol, on a vu hier que ces fameuses dépenses intelligentes et rentables et bien elle ne sait toujours pas encore comment les financer, ou pire elle n’ose pas nous le dire de peur de se faire lacher par l’electorat ouvrier. De plus je ne vois pas comment taxer celles-ci d’intelligentes et de rentables quand on entend qu’en fait elle n’en sait trop rien, puisque sa principale réponse en ce qui concerne ses choix est : »on se reunira avec les Partenaires Sociaux », ce qui en bon Français veut dire…on n’est pas sorti de la m…, vu que dans ces conditions chacun tirera la couverture à lui, comme d’habitude (imagine les syndicats de fonctionnaires faire des efforts apres qu’on leur ait annoncé la remise à plat de leur régime spécial de retraite)