Articles

élection présidentielle 2017 » Chroniques » Le regard de Bernard Sananes : Etonnez nous, Monsieur le Président !

Le regard de Bernard Sananes : Etonnez nous, Monsieur le Président !

Monsieur le Président,

Vous venez d’être choisi par les français pour diriger le pays pendant 5 ans. Le mot « choisi » n’est pas neutre, parce qu’une des erreurs de vos adversaires comme de beaucoup d’observateurs, aura été de considérer que cette fois ci encore, les Français allaient exprimer un vote de rejet. Mais cette année, sentant que le moment était crucial, les Français ont voulu émettre un vote d’adhésion, un vote positif. Ils ont dit clairement quel projet avait leur préférence. Ils ont dit nettement quelle personnalité leur paraissait la mieux préparée pour conduire le pays. Mais surtout ils ont reconnu en vous, à ce moment précis, celui qui les connaissait le mieux, celui qui avait ressenti leurs aspirations, compris leurs attentes.

En 2007 nos concitoyens ont donc choisi de choisir plutôt que d’éliminer. Ils l’ont fait deux fois, une fois au premier tour en vous portant nettement en tête, une deuxième fois au second tour en vous accordant une majorité très large. Nul doute d’ailleurs qu’ils le feront une troisième fois, aux législatives en vous donnant une large majorité.

Vous allez, avez-vous dit, prendre quelques jours pour « habiter la fonction ». A la veille de ces quelques jours, et en toute modestie, je vous adresse par ce blog, la requête d’un citoyen qui veut croire que votre élection marque une ère nouvelle. Cette requête est simple : « étonnez nous » !

Etonnez nous d’abord en ne renonçant pas à ce que les publicitaires appellent la « promesse », et votre « promesse » c’est d’abord le changement. On a souvent dit que les français avaient peur du changement. C’est vrai et cela n’a pas changé subitement. Mais dans leur bon sens, ils se sont dits : « cette fois-ci, même si cela peut être douloureux, le pays a besoin d’un changement profond ». Ils vous ont dit, « cette fois ci, nous sommes prêts ».

Alors ne renoncez pas, évitez tout à la fois l’immobilisme chiraquien et la dureté juppéiste. Le changement exige d’aller vite, évidemment. Mais aller vite exige en même temps de ne jamais sacrifier au temps de la pédagogie, ce registre dans lequel vous êtes souvent très bon, exige d’aller au bout du dialogue. Surprenez nous en montrant que l’on peut promettre le changement avant l’élection et réussir à le mettre en œuvre après.

Etonnez nous en modernisant la fonction présidentielle. Votre deuxième promesse, la rénovation de la vie politique, le renouvellement des hommes et des méthodes, ne la laissez pas en chemin, une fois goûtés les délices du pouvoir. Même si la fonction doit garder parfois de la solennité, elle ne peut plus supporter les rites inutiles, à l’image des vœux du 31 décembre et le 14 juillet ou la politique s’invite dans les foyers les deux jours dans l’année ou les français ne veulent pas l’entendre ; rénovez le conseil des ministres et ses communications décalées, son conformisme et son absence de débat ; mais surtout rénovez la transparence dans le processus de décision et de consultation , renouvelez le lien de la démocratie parlementaire avec les français, faîtes de l’efficacité et de l’évaluation une de vos priorités. En résumé, changez la politique en même temps que vous changerez la France.

Etonnez nous par votre courage. Allez, entre nous, dans cette campagne, vous vous êtes parfois laissé aller à la démagogie, vous avez flirté par instant avec les promesses faciles. La campagne a ses raisons que la raison ignore. Ce soir tout change ; à partir de ce soir c’est le courage que l’on attendra du nouveau Président de la république. Le courage d’aller contre les idées simples, le courage de combattre les pulsions, de démonter les solutions faciles, le courage de prendre sans tarder les décisions difficiles, le courage d’aller à l’encontre de ses électeurs et des élus.

Enfin, étonnez nous sur vous. Ne nous dîtes pas que vous avez ou que vous aller changer, prouvez le! Dans cette campagne, vous avez souvent –trop souvent ?- opposé les uns aux autres, vous avez accentué les clivages d’une société française déjà en voie de fragmentation. Peut être était ce votre façon à vous de parler vrai. Peut être cela faisait il partie de votre panoplie de candidat. Soit. Alors aujourd’hui étonnez nous, en mettant les succès en valeur plutôt qu’en ciblant l’échec comme repoussoir, en mobilisant plutôt qu’en stigmatisant, en rassemblant plutôt qu’en opposant. Etonnez nous en prenant une nouvelle dimension, une plus grande sérénité, soyez Kennedy plutôt que Berlusconi, étonnez nous en devenant vraiment Président !

Voilà ce qu’un citoyen avait envie de vous dire. Vous avez incontestablement pendant ces longs mois suscité une espérance. Votre victoire, son ampleur, la participation record, la passion pour la campagne vous donne une immense responsabilité.

Etonnez nous d’abord en ne nous décevant pas !

Bernard SANANES

Cet article a été publié une première fois sur Le Weblog de Bernard Sananes

ep.fr  (159 Posts)


Catégories: Chroniques

15 Responses to "Le regard de Bernard Sananes : Etonnez nous, Monsieur le Président !"

  1. EUKINI dit :

    Citation:
    C’est une réponse structurée et expliquant clairement les raisons de ses choix, c’est cool.
    Par contre, la référence aux “rouges” montre qu’il existe encore aujourd’hui des gens qui croient à la menace communiste ou un truc dans ce genre ou, pire, qui confondent les idées du PS actuel et celles du PC dans les années 50…

    Réponse:
    Merci, cependant, ne PAS s’y tromper, lorsque je parle des rouges, je sais de quoi je parle!
    Ce sont ceux, qui au soir des élections ont hurlé leur haine envers Sarkozy.
    Ils n’étaient pas seuls , quelques voyous profiteurs et quelques anarchistes aussi.

    Mais le danger ce sont les rouges, ceux qui ont incité et UTILISES les gamins et manipulé les parents en les faisant défiler CONTRE le CPE au prétexte de précarité sociale alors qu’il ne s’agissait que d’aide à l’intégration sociale par un travail!

    Que croyez vous? Que MON premier emploi était sur et garanti? Rêvez!
    Que ces temps dits modernes nous mettent à l’abri de ces choses NATURELLES? Rêvez!

    Les rouges vous mentent et en vivent. N’y voyez aucune propagande, juste de la tristesse.

    Depuis, les jeunes ne sont plus “précarisés” ils vivent juste aux crochets de Papa et Maman car SANS travail!

    Les rouges c’est pas la gauche caviar, celle-là, c’est juste bon chic bon genre pour de démarquer de la masse, mais ça reste chez soit! Les rouges c’est tout le reste, ce sont des 5 à 8% d’enquiquineurs, sans arrêt dans les rues si les urnes ne leur ont pas été favorables.

    Ce sont aussi ces encadreurs de benêts qui, via la CGT sclérosent toute l’industrie, les ports, la SNCF etc subsistant en France, stérilisant tous les services publics.bousillant notre économie. Allez voir les ports de Hambourg ou d’anvers puis els nôtres desertiques… La belle affaire, quelle intelligence! Toute l’Europe se marre de voir cela.
    Il faut que nous soyons NATURELLEMENT riches pour supporter telles errances.

    C’est cela les rouges et leur pouvoir de nuisance est resté INTACT!

    Ne pas croire que Mai 68 c’était 80% des Français, ils n’étaient pas 10% mais sans SNCF ni électricité donc sans téléphone, il est sur qu’on peut pas faire grand chose.

    Depuis l’Etat à appris à se méfier. EDF est sur-payée (renseignez vous bien!) et la SNCF ne sert plus à RIEN pour l’approvisionnement du pays, il n’y a presque plus que des voyageurs. TOUT passe par les camions. Suffit de rouler un peu pour s’en convaincre. CQFD.

    Cela je le sais car si mon écriture peut sembler jeune, je suis en fait TRÈS vieux et je l’ai vécu.
    Faudrait voir à ne pas prendre les enfants du bon Dieu pour des canards sauvages…

    Enfin, voyez tout ce tapage autour de notre Président fraîchement élu pour TOUS! Tout cela pour un peu se changer les idées et pas aux frais de la Princesse, mais d’un industriel qui de toutes les façons travaillera avec LUI car qui d’autre? La plupart de nos grands groupes appartiennent de FAIT à des fonds de pensions ou ont délocalisés.

    Alors ça change QUOI?

    Ecoutez les bavasser pour un bateau dit de luxe avec jaccuzi et 3 malheureux jours pour tenter de décompresser. Ecoutez les, HAINEUX, JALOUX, revanchards et voyeuristes. Ca promet, ils n’auraient pas voulu qu’il y aille à la rame non plus? Ou sur un bateau pour retraités découvrant le monde à crédit en HLM flottant avant de mourir? Et puis quoi encore?
    .
    Ne pas croire qu’on y gagne.
    Il a dit: “Je serai le président de TOUS les français.”
    Mais ce n’est qu’un homme, pas un surhomme et à force de lui mordre les mollets avant même qu’il n’ait prit ses fonctions, prenez garde TOUS qu’il ne se radicalise et ne soit plus que le Président de la France.

    Il s’occupera de sa tribu et de ses proches, le reste il le laissera brailler. En gérant l’ordinaire sans s’y investir. Comme les 3 autres présidents que nous avons eu dernièrement.

    Laissez-le arriver et travailler, dans 1 an on juge sur pièce et là, on peut lui cogner dessus s’il échoue.

    Mais cette manière d’agir AVANT même qu’il n’entre en fonction c’est d’un lamentable parfait!
    Moi à sa place, en réaction, je serais resté 8 jours jusqu’à lundi et ce sont les futurs Ministres que j’aurais fait se déplacer à Malte histoire de bien montrer qui est le chef et les andouilles.

    Le comportement de ces gauchistes est lamentable, c’est très petit.
    EUKINI

  2. martin dit :

    Pour WYNY point 13, eh bien Wyny ! Tu vois qu’on peut être d’accord sur certains points. Je n’aurais pas mieux dit que toi, et je ne peux qu’approuver.

  3. wyny dit :

    C’est une réponse structurée et expliquant clairement les raisons de ses choix, c’est cool.
    Par contre, la référence aux « rouges » montre qu’il existe encore aujourd’hui des gens qui croient à la menace communiste ou un truc dans ce genre ou, pire, qui confondent les idées du PS actuel et celles du PC dans les années 50… C’est un problème, surtout quand on sait en plus que la gauche actuelle se situe nettement à droite par rapport au PS (et je ne parle même pas du PC) de l’époque.
    Il faut adapter son vocabulaire à son temps. :)

  4. EUKINI dit :

    Hé bien moi qui ai voté Le Pen au premier tour,
    je n’ai pas suivi les consignes auto-destructrices de ce Monsieur. Il a raison sur TOUT, sauf sur les MOYENS de gouverner un jour.

    Donc j’ai voté pour Mr Sarkozy et j’espère qu’il FERA ce qu’il nous a promis à TOUS.

    J’espère qu’il fera une ouverture à gauche avec des personnes humaines et non anti libérales.

    J’espère que ce Libéralisme, il sache le surveiller afin qu’il profite à TOUS et non à 5% de la population comme auparavant. En fait aux seuls grands groupes de distribution et aux grandes entreprises du CAC 40.
    J’espère qu’il saura mettre en place des systèmes fiscaux les OBLIGEANT à partager.
    Que les persones de gauche ne se moquent pas, la gauche n’a JAMAIS su non plus faire cela! Regardez les bilans des grandes surfaces sous Mitterrand!
    C’est un problème récurent et il n’est pas impossible que ce nouvel homme ne trouve pas des solutions.

    Mais aussi j’espère qu’il IMPOSERA durant 5 ans une politique dite de droite, une politique novatrice faite de réformes au pas de charge sans écouter comme l’a fait Mr Chirac, toutes les pleureuses du panel politique.

    J’espère qu’il le fera VITE et sans états d’âme afin que notre pays se ré-industrialise et que sa richesse ne nous soit plus confisquée du fait de toutes ces importations idiotes qui font penser à un bon pouvoir d’achat, mais nous refile TOUS tôt ou tard au chômage.

    J’espère que la politique de développement du continent francophone Africain nous donnera aussi du travail et qu’il permettra aux noirs africains de vivre de leur travail chez eux, au lieu de venir en quémander ici où de toutes façons actuellement il n’y en a plus depuis plus de 5 ans.

    Je ne voudrais pas être à sa place, gouverner des personnes aussi haineuses de l’argent, critiquant sans rien savoir, cela ne doit VRAIMENT pas être agréable.

    Espérons qu’il saura faire. Il me semble en être en tout cas tout à fait capable si les rouges ne lui refilent pas des bâtons dans les roues en permanence…

    Mais ça c’est une autre affaire. Quoi qu’il fasse si on le laisse réformer notre pays, dans un AN, nous saurons . Pas avant.

    De toutes façons il a dit: si j’échoue je partirai, je crois qu’il le fera. Espérons qu’il n’aura pas à le faire car ce n’est pas LUI qui perdra mais nous TOUS!
    Bon WE.

  5. wyny dit :

    Oh, euh, et pour martin : c’est bien de connaitre une phrase d’une personne aussi célèbre, mais il ne faut pas se cacher derrière en prenant cela pour parole d’évangile. Des phrases de ce genre, on peut en trouver pour toutes les situations et en faveur de toutes les théories.