Articles

élection présidentielle 2017 » Chroniques » Le regard de Bernard Sananes : Etonnez nous, Monsieur le Président !

Le regard de Bernard Sananes : Etonnez nous, Monsieur le Président !

Monsieur le Président,

Vous venez d’être choisi par les français pour diriger le pays pendant 5 ans. Le mot « choisi » n’est pas neutre, parce qu’une des erreurs de vos adversaires comme de beaucoup d’observateurs, aura été de considérer que cette fois ci encore, les Français allaient exprimer un vote de rejet. Mais cette année, sentant que le moment était crucial, les Français ont voulu émettre un vote d’adhésion, un vote positif. Ils ont dit clairement quel projet avait leur préférence. Ils ont dit nettement quelle personnalité leur paraissait la mieux préparée pour conduire le pays. Mais surtout ils ont reconnu en vous, à ce moment précis, celui qui les connaissait le mieux, celui qui avait ressenti leurs aspirations, compris leurs attentes.

En 2007 nos concitoyens ont donc choisi de choisir plutôt que d’éliminer. Ils l’ont fait deux fois, une fois au premier tour en vous portant nettement en tête, une deuxième fois au second tour en vous accordant une majorité très large. Nul doute d’ailleurs qu’ils le feront une troisième fois, aux législatives en vous donnant une large majorité.

Vous allez, avez-vous dit, prendre quelques jours pour « habiter la fonction ». A la veille de ces quelques jours, et en toute modestie, je vous adresse par ce blog, la requête d’un citoyen qui veut croire que votre élection marque une ère nouvelle. Cette requête est simple : « étonnez nous » !

Etonnez nous d’abord en ne renonçant pas à ce que les publicitaires appellent la « promesse », et votre « promesse » c’est d’abord le changement. On a souvent dit que les français avaient peur du changement. C’est vrai et cela n’a pas changé subitement. Mais dans leur bon sens, ils se sont dits : « cette fois-ci, même si cela peut être douloureux, le pays a besoin d’un changement profond ». Ils vous ont dit, « cette fois ci, nous sommes prêts ».

Alors ne renoncez pas, évitez tout à la fois l’immobilisme chiraquien et la dureté juppéiste. Le changement exige d’aller vite, évidemment. Mais aller vite exige en même temps de ne jamais sacrifier au temps de la pédagogie, ce registre dans lequel vous êtes souvent très bon, exige d’aller au bout du dialogue. Surprenez nous en montrant que l’on peut promettre le changement avant l’élection et réussir à le mettre en œuvre après.

Etonnez nous en modernisant la fonction présidentielle. Votre deuxième promesse, la rénovation de la vie politique, le renouvellement des hommes et des méthodes, ne la laissez pas en chemin, une fois goûtés les délices du pouvoir. Même si la fonction doit garder parfois de la solennité, elle ne peut plus supporter les rites inutiles, à l’image des vœux du 31 décembre et le 14 juillet ou la politique s’invite dans les foyers les deux jours dans l’année ou les français ne veulent pas l’entendre ; rénovez le conseil des ministres et ses communications décalées, son conformisme et son absence de débat ; mais surtout rénovez la transparence dans le processus de décision et de consultation , renouvelez le lien de la démocratie parlementaire avec les français, faîtes de l’efficacité et de l’évaluation une de vos priorités. En résumé, changez la politique en même temps que vous changerez la France.

Etonnez nous par votre courage. Allez, entre nous, dans cette campagne, vous vous êtes parfois laissé aller à la démagogie, vous avez flirté par instant avec les promesses faciles. La campagne a ses raisons que la raison ignore. Ce soir tout change ; à partir de ce soir c’est le courage que l’on attendra du nouveau Président de la république. Le courage d’aller contre les idées simples, le courage de combattre les pulsions, de démonter les solutions faciles, le courage de prendre sans tarder les décisions difficiles, le courage d’aller à l’encontre de ses électeurs et des élus.

Enfin, étonnez nous sur vous. Ne nous dîtes pas que vous avez ou que vous aller changer, prouvez le! Dans cette campagne, vous avez souvent –trop souvent ?- opposé les uns aux autres, vous avez accentué les clivages d’une société française déjà en voie de fragmentation. Peut être était ce votre façon à vous de parler vrai. Peut être cela faisait il partie de votre panoplie de candidat. Soit. Alors aujourd’hui étonnez nous, en mettant les succès en valeur plutôt qu’en ciblant l’échec comme repoussoir, en mobilisant plutôt qu’en stigmatisant, en rassemblant plutôt qu’en opposant. Etonnez nous en prenant une nouvelle dimension, une plus grande sérénité, soyez Kennedy plutôt que Berlusconi, étonnez nous en devenant vraiment Président !

Voilà ce qu’un citoyen avait envie de vous dire. Vous avez incontestablement pendant ces longs mois suscité une espérance. Votre victoire, son ampleur, la participation record, la passion pour la campagne vous donne une immense responsabilité.

Etonnez nous d’abord en ne nous décevant pas !

Bernard SANANES

Cet article a été publié une première fois sur Le Weblog de Bernard Sananes

ep.fr  (159 Posts)


Catégories: Chroniques

15 Responses to "Le regard de Bernard Sananes : Etonnez nous, Monsieur le Président !"

  1. wyny dit :

    Merci de vouloir m’ouvrir les yeux, mais ils le sont déjà. :) Si je parle de Johnny, c’est parce que c’est d’actualité et déjà cité par d’autres. Je connais moi aussi d’autres cas de gens riches allant s’exiler ailleurs. Personnellement (mais corrigez moi si je me trompe), je n’ai jamais dit qu’il fallait prendre toujours plus et uniquement aux riches. Ce que je veux dire, c’est que mettre en avant ce bouclier fiscal et en faire un outil de relance de l’économie, je pense que c’est une erreure.
    Oui, un riche (ou plusieurs) qui consomme va faire travailler des gens. Mais franchement, vous croyez que c’est en faisant revenir ces gens-là que l’économie va être subitement soulagée ?? Je ne suis pas opposée à la baisse des impôts et ait toujours pensé que se voir enlever 75% de son salaire ne doit pas être agréable. Mais je reste convaincue que « soulager » les riches n’est pas la priorité et suis une fervente défenseur de la relance économique par le bas. Et si Abraham Lincoln n’était pas un abruti, Keynes non plus.
    D’autre part, dans certains pays (notamment nordique), j’ai entendu dire que les impôts représentaient une part encore plus importante des salaires, mais que la redistribution était telle que tout le monde en profitait, avec de très bons services de transport, de santé et d’éducation très abordable. (attention, je n’ai pas dit qu’il fallait augmenter les impôts, seulement que des impôts élevés ne sont pas toujours un problème)

    Alors, si ça vous chante, continuez à penser que parce que je n’ai pas le revenu de ces braves gens je suis jalouse et favorable à leur dépouillement. Mais ce n’est pas ça l’esprit du socialisme, quoi qu’en disent certains.

  2. steph dit :

    Wyny,
    il ne s’agit pas de leur rendre de l’argent, mais bien de ne pas tout leur prendre.
    j’aimerais qu’un jour par une sainte chance vous vous mettiez à gagner beaucoup d’argent comme eux, on verrait comme vous retourneriez vite votre veste… (toujours du bon côté :p) sais tu que mr halliday vient de la classe populaire ? et que dire de notre bon samaritain au grand coeur zinédine zidane qui lui pour prendre sa retraite est parti en espagne ? c’est surement pas parcequ’il trouve le pays joli hein.
    hé oui wyny si il achéte son pomeau de douche en diamant en france il fera profiter une entreprise française et une autre qui lui installera et une autre qui lui entretiendra etc etc… on peut parler du cas noah aussi.

  3. martin dit :

    Hello WYNY, tu connais Abraham Lincoln ? C’était pas un charlot, non ?

  4. wyny dit :

    Je rêve !!! « Les riches lâchent de l’argent » et ça profite à tous le monde … Mais on est en plein délire ma parole !! Pardon, j’me calme, j’m’explique. C’est pas parce que Johnny va revenir faire ses courses en France (ni avec d’autres riches), que tout le monde va en profiter. Aux dernières nouvelles, les entreprises, petites ou grosses, ne se mettent pas à embaucher parce que 3 poilus ont enfin les moyens de se payer un pommeau de douche en diamant alors avant ils ne pouvaient se le payer qu’en or ….
    Ok, ok, j’exagère, mais c’est intentionnel. Ce que je veux dire, c’est que pour que les entreprises embauchent, il faut relancer la consommation. Mais pas la consommation du luxe, la consommation des produits de tous les jours. Or les riches ont déjà les moyens de se le payer, donc leur redonner de l’argent ne changera rien. Surtout que les vraiment riches ne sont pas une espèce très répandue.
    Je ne dis pas qu’il faut donner de l’argent au plus pauvres. Je dis qu’il faut s’arranger pour que EUX consomment. Malheureusement, le bouclier fiscal ne les concernent pas, puisqu’ils ne paient pas ou que peu d’impôts.
    M’enfin, ils pourront se consoler en écoutant Johnny en concert… ah, non, ils n’ont pas de quoi s’offrir la place, le prix est exorbitant. Faut dire que Jojo a du mal à joindre les bouts… Faut bien le soutenir : tous ces déménagements, ça coûte des sous….

  5. Louis dit :

    J’ai lu avec attention, tous ces commentaires. Je serais plus pessimiste. Ce n’est pas Nicolas Sarkozy qui me dérange, c’est la politique du « toujours plus » qu’il incarne. Produisez, travaillez, consommez, bouffez, polluez encore plus … nous détruisons notre belle planète, c’est la seule chose dont je suis sur. Alors un peu d’humilité et de respect, car ce n’est pas la planète qui va perdre la partie. Une fois débarrassé de nous pour les guerre ou les cataclysmes climatiques, cette bonne terre fera un grand Ouffff de soulagement.

  6. martin dit :

    J’ai oublié de féliciter Bernard Sanannes, auteur du texte objet de ce blog, pour la façon honnête et claire avec laquelle il pose ces quelques questions au président élu.Oui, monsieur le Président, étonnez-nous !

  7. martin dit :

    Oui, le Pierre de Grenoble semble ne pas avoir entendu ce qu’à dit une grande majorité de français hier, et il continue comme si rien ne s’était passé! Il tape, retape, et retape encore.Alors je lui demande de méditer ce petit texte d’Abraham Lincoln qui dit, entr’autres : (je cite de mémoire ) Il ne sert à rien d’appauvrir le riche pour enrichir le pauvre, il ne sert à rien de faire pour l’homme ce qu’il devrait faire par lui-même.
    Alors, morbleu, si vous avez un minimum de morale républicaine, ce dont je ne doute pas, arrêtez de stigmatiser la haine de l’autre par des exemples qui ne sont plus de notre temps.Acceptez de considérer que vous ne détenez pas la vérité, et que vous pouvez peut-être vous tromper, faites un effort, pour une fois, et donnez la main à ceux qui ont envie que nous nous en sortions. Cela fait TRENTE ANS que dure ce bordel, n’avez-vous pas envie, ne serait-ce que pour quelques années seulement, d’arrêter les procés d’intention, et d juger enfin les gens sur pièces et non sur des racontars qui ne font plus rire personne.Il serait dommage que la gauche, qui doit être effectivement une force d’opposition, suivre les traces du PC, qui représentait plus de 20 % de l’électorat il y a encores quelques années, se retrouve maintenant avec un score misérable.Le PC n’a pas voulu changer, et est resté sur ses idées, dont les français n’ont plus voulu.On a vu le résultat Le PS est en train de faire la même connerie
    et il a tout intérêt à ne pas faire la même erreur, sinon, il aura, bien évidemment, les mêmes résultats.
    Mais cette décision vous appartient. Dans quelques semaines, on verra si vous avez retenu la leçon, ou si vous vous entêtez dans vos idées d’un autre âge.

  8. steph dit :

    à toujours vouloir tuer les riches à la fin il n’y aura plus un sous dans le pays. heureusement qu’il va redresser la barre en faisant revenir les investissements productifs.
    faut arrêter de jalouser, on croit voir des discours de communistes ! vous étes trop gâtés. en france on est pauvre parcequ’on le veut… si on ne le veut pas on est aidé pour ne pas l’être. vive le bouclier fiscal qui permettra de faire venir/revenir beaucoup de riches dans notre beau pays et qui feront travailler énormément de petites entreprises.
    hé oui ça fait effet pyramide, le riche lache beaucoup d’argent, les artisants se gavent, ils emploient, et font vivre d’autres corps et ainsi de suite…
    quand vous aurez compris ça…

  9. GTI dit :

    Ah, que la critique est facile. Ne croyez-vous pas que nous pourrions trouver autant de « casseroles », dans les hommes de gauche, que ceux que vous sitez sur les amis de Mr Sarkozy. Je vous en prie, si vous voulez que la France progresse dans tous les sens du terme, mettez le point dans la poche, parlez avec plus d’umilité, reconnaissez, que tous, nous avons nos imperfections et nos défauts. Alors laissez à Notre Nouveau Président le temps de faire sa politique et marchons tous, pour une fois dans le même sens.

  10. Pierre dit :

    Notre Président ( meme si je n’ai pas voté pour lui )se doit de prendre des mesures en priorité
    pour la France d’en bas … et très vite !
    Pour ceux de la France d’en haut : ils n’ont pas de problème pour se défendre.En effet avec le bouclier fiscal 50 % , Johnny a dit qu’il reviendrait en France…et sans doute payer ses impots à hauteur de 50 % de ses revenus : à suivre…
    Quant à Noel Forgeard je ne pense pas que notre Président lui demande qu’il rende sa prime d’incompétence … car il faudrait qu’il demande à Arnaud Lagardère(son ami et client quand il était son avocat ) de rendre ses 800 Millions d’Euros de plus- values exercées lors de la vente de ses actions Airbus (en même temps que ce bon Français Noel Forgeard ).
    Quant aux journalistes qui s’étonnent que Notre Président passe quelques jours sur le voilier de son autre grand ami milliardaire Vincent Bolloré ( en Euros : c’est mieux qu’en Dollards !!! ) ce sont de très gros naifs : en effet Nicolas et sa famille n’ont pas changé d’habitude.Seulement maintenant il va etre Notre Président dès le 16 mai 2007 à 12 heures … et il ne
    changera pas d’habitude ensuite.
    Quelques uns des 53,06 % de votants pour lui seront sans doute surpris , mais surtout , surtout qu’ils ne viennent pas se plaindre sur cet aspect des choses…sans doute les journalistes auraient dû mieux insister sur ce point.
    Nous attendons maintenant ses mesures populaires ( quitte à l’aider un peu !! ).
    Pierre , de Grenoble toujours.
    Seulement