Articles

élection présidentielle 2017 » Analyses, Enquêtes en ligne » Enquête post-élection présidentielle : premiers résultats

Enquête post-élection présidentielle : premiers résultats

Election-presidentielle.fr, en association avec le site Science-politique.fr, a réalisé du 6 au 14 mai 2007 une enquête post-électorale auprès de 1466 internautes inscrits sur les listes électorales.

Les données collectées grâce à cette étude inédite feront l’objet d’une analyse approfondie dont les résultats seront rendus publics dans quelques mois. En attendant et pour faire patienter les plus pressés, nous vous présentons ci-après de premiers résultats en menant une comparaison des électorats respectifs de Ségolène Royal et Nicolas Sarkozy au second tour de l’élection présidentielle.

Nicolas Sarkozy : un électorat satisfait de sa situation personnelle et optimiste pour les mois à venir.

Les premières questions de notre enquête portaient sur la situation personnelle des internautes. Comment jugent-ils la vie qu’ils mènent ? Quel regard portent-ils sur leur situation financière ? Premiers éléments de réponse.

Globalement, les électeurs de Nicolas Sarkozy portent un regard nettement plus positif sur leur situation personnelle en comparaison avec celui observé chez ceux de Ségolène Royal. 77% des internautes ayant apporté leur voix au Président de la République élu le 6 mai se déclarent satisfaits de la vie qu’ils mènent actuellement contre 64% de ceux ayant choisi Ségolène Royal, soit un différentiel non négligeable de 13 points. De même, une nette majorité d’électeurs de Nicolas Sarkozy (62%) considère que leur situation financière est restée la même (48%) ou s’est améliorée (14%) au cours des douze derniers mois, contre 51% de ceux ayant voté pour Ségolène Royal, 46% jugeant qu’elle s’est dégradée contre 36% chez Nicolas Sarkozy.

En outre, les électeurs de Nicolas Sarkozy manifestent un optimisme exceptionnellement élevé, sans doute « dopé » par l’issue du scrutin présidentiel : 85% affirment avoir « confiance en l’avenir », soit 40 points de plus que parmi les électeurs de Ségolène Royal (45% d’optimistes). Parallèlement, une proportion quasiment équivalente (86%) pense que « le résultat de l’élection présidentielle permettra d’améliorer les choses en France ».

Dans ce contexte, 43% des internautes ayant porté Nicolas Sarkozy à la présidence de la République anticipent une amélioration de leur situation financière au cours des douze prochain, contre seulement 8% de ceux de Ségolène Royal dont une proportion élevée (48%) s’attend à une détérioration.

Libéralisme culturel versus libéralisme économique.

Une partie relativement conséquente du questionnaire administré lors de cette enquête post-électorale visait à évoluer le degré de libéralismes culturel et économique des participants à l’enquête. Comme attendu, elles permettent de mettre en lumière les lignes de fracture opposant les soutiens aux deux finalistes de l’élection présidentielle.

Les internautes s’étant prononcés en faveur de Ségolène Royal manifestent un libéralisme culturel nettement plus élevé que ceux du Président de la République nouvellement élu. A titre d’exemple, une minorité non négligeable des premiers (40%) se déclare favorables à une éventuelle légalisation de la consommation de cannabis contre seulement 15% dans le camp adverse. De même, les électeurs de Ségolène Royal jugent à 90% que « l’homosexualité est une manière acceptable de vivre sa sexualité » contre 63% de ceux ayant choisi Nicolas Sarkozy. De plus, ces derniers attachent davantage d’importance à l’autorité que ceux de la candidate socialiste : 92% répondent que « l’école devrait avant tout donner le sens de la discipline et de l’effort » contre 47% des internautes ayant voté pour Ségolène Royal.

Enfin, si 74% des électeurs de Nicolas Sarkozy estiment qu’il y a « trop d’immigrés en France » cette opinion n’est partagée que par 14% de ceux de la candidate socialiste. Notons toutefois que les deux électorats s’opposent dans des proportions quasiment équivalentes au financement de la construction de mosquées par l’Etat (respectivement 70% et 78% désapprouvent cette proposition).

Sur le plan économique, les électeurs de Nicolas Sarkozy affichent en revanche un libéralisme élevé : 86% (dont 45% de « tout à fait d’accord ») pensent que « l’Etat devrait donner davantage de liberté aux entreprises » et 69% considèrent que « les chômeurs pourraient trouver du travail s’ils le voulaient vraiment », contre respectivement 34% et 13% des électeurs de Ségolène Royal.

 

Yves-Marie Cann  (195 Posts)


Catégories: Analyses, Enquêtes en ligne

24 Responses to "Enquête post-élection présidentielle : premiers résultats"

  1. très sympathique, je te souhaite une bonne continuation pour la suite

  2. Mr.Bernard dit :

    Que dire ? Qu’une vague bleu horizon, va submerger
    La Françe. Et après que dire encore, que ces députés de la majorité de 420 et plus, n’auront qu’un role d’entérinement des décisions présidentielles
    De Nicolas Sarkozy, et que ces députés issus de là
    Représentation nationalen’aura qu’un simple role
    Subalterne, car il n’y aura qu’un seul pouvoir de décision celui du président, qui se substituera au
    Parlement tant aux décisions, aux ministres qui n’auront qu’un simple role de figurations, autant dire des pantins du Président Sarkozy, dont toute
    Autorités seraient vidées de sa substance de compétence et
    D’autorité. Le role d’un Président à l’autorité absolue dans l’exercice du pouvoir présidentielle, qui
    N’admet aucune autorité autre que la sienne.Qui dictera au parlementaire qui sera élu prochainement, sa volonté autoritaire sur le parlement, sur les institutions du pays, donc pouvoir absolus dans tous les sens du terme. Concentration d’un pouvoir personnel.

  3. dominique dit :

    oui, c’est bien clair que les medias nous ont matraqués avec Sarkosy alors que Segolene etait traquée et attaquée dés qu’elle ouvrait la bouche.
    c’est fantastique qu’elle ait pu avoir 17 millions de voix avec cela
    le probleme c’est qu’avec les legislatives, ça continue

  4. paqua dit :

    Je suis bien d’accord avec l’utilité d’une bonne baffe à la maison quand c’est nécessaire. Mes enfants en reçoivent une de temps en temps si besoin (même les ados !). Et ils sont loin d’en être traumatisés !

    Mais au collège, avec des jeunes élevés depuis 10-15 ans dans un tout autre système de valeurs (ou en l’absence de valeurs !), je crois que c’est un peu tard, la paire de baffes n’aura pas l’effet escompté, au contraire. L’éducation, ça ne commence pas à 13 ans !
    C’est vrai qu’en matière d’éducation, je me sens certainement plus proche de ton point de vue, Martin, que de la façon dont beaucoup de parents élèvent leurs enfants autour de chez nous. Et quand j’écoute les parents bavarder dans mon village, quand il y a un différent entre leur enfant et un de ses profs…c’est toujours le prof qui a tord…et bien sûr, ils tiennent ce discours devant leur enfant !
    Je comprends mieux pourquoi on ne peux arriver à rien avec certains de nos élèves : s’ils ont toujours raison aux yeux de leurs parents, nous, on ne peut rien faire au collège !
    Ca rejoint d’ailleurs ce que disait Wyny : « La maitresse a-t-elle été gentille avec toi ? »
    Alors quand j’entends parler de restaurer l’autorité, le respect, le travail, l’effort, je me dis qu’enfin, on prend conscience de ce qui ne va pas ! on a peut-être une chance pour que ça bouge…toujours dans l’intérêt des jeunes eux-mêmes !