Articles

élection présidentielle 2017 » Analyses » Qui sont les nouveaux adhérents du Parti socialiste ?

Qui sont les nouveaux adhérents du Parti socialiste ?

Alors que l’audience d’Internet en France ne cesse de croître, la première campagne d’adhésion en ligne menée par le Parti socialiste de mars à juin 2006 a connu un réel succès. En effet, si l’on en croît les chiffres rendus publics par la direction du parti, la formation socialiste aurait reçu « plus de 75.000 demandes d’adhésion dont 55.000 ont déjà été concrétisées ». Au 31 mai, le Parti Socialiste comptabilisait 187.546 adhérents (au 1er janvier 2006, l’UMP, pionnière en matière d’adhésions en ligne, en revendiquait 228.133). Pour mieux les connaître, le PS a mené une enquête auprès de 8.400 d’entre eux par voie de consultation électronique. Qui sont donc ces nouveaux adhérents ?

Le profil des nouveaux adhérents.

Les auteurs de l’étude l’affirment d’emblée : grâce à cette nouvelle campagne dont Internet a été le principal support, le Parti socialiste offre un profil sociologique « féminisé, rajeuni, urbain et diplômé ». Parmi les données rendues publiques, on rentiendra notamment que l’âge moyen des nouveaux adhérents connectés à Internet s’élève à un peu plus de 43 ans, les personnes âgées de moins de 40 ans représentant plus d’une nouvelle recrue sur quatre (41% pour être précis). Un rajeunissement assez net si l’on compare ce résultat à celui de l’enquête menée par le CEVIPOF en 1998, la moyenne d’âge atteignant alors 57 ans, 67% des militants étant âgés de 50 et plus.

La comparaison réalisée avec les données transmises aux médias par l’UMP en novembre 2005 met d’ailleurs l’accent sur la jeunesse des nouveaux adhérents socialistes : 52% seraient âgés de 18 à 44 ans contre 35% à l’UMP. Il convient toutefois de relativiser ce résultat compte-tenu des méthodologies différentes retenues. Pour le PS, il s’agissait d’un questionnaire auto-administré par Internet alors que l’enquête réalisée par IPSOS pour l’UMP l’avait été par téléphone. Compte-tenu du fait qu’Internet est principalement investi par les jeunes générations -même si ce constat tend à s’atténuer progressivement – ne soyons par supris par la domination des jeunes générations parmi les répondants d’une enquête on-line ! A contrario, l’enquête téléphonique permet d’atteindre des publics plus âgés : 38% des nouveaux adhérents interrogés pour l’UMP étaient âgés de plus de 60 ans.

LA PYRAMIDE DES AGE DES NOUVEAUX ADHERENTS SOCIALISTES ET UMP

Nouveaux adhérents PS Nouveaux adhérents UMP Ecart PS/UMP
- 18-24 ans 10 8 +2
- 25-34 ans 21 13 +8
- 35-44 ans 21 14 +7
- 45-59 ans 35 27 +8
- 60-69 ans 11 20 -9
- 70 ans et plus 2 18 -16
TOTAL 100 100 -

Plus intéressant, le profil des nouveaux adhérents témoigne d’un profond décalage culturel entre les effectifs militants d’une part et la population française en âge voter d’autre part. Plus d’un nouvel adhérent sur deux (54%) déclare être titulaire d’un diplôme de niveau bac+3 ou plus, contre environ 10% des Français ! Assez logiquement, les catégories sociales dites « supérieures » (cadres, professions intellectuelles, etc.) représentent plus d’un nouvel adhérent sur deux lorsque les ouvriers pèsent moins de 3% (contre un quart de la population française) et les employés à peine plus de 10% (contre 29% en France). Autre fait marquant, 44% des adhérents actifs, c’est-à-dire exerçant une activité professionnelle, travaillent dans la fonction publique.

Dès lors, force est de constater que le potentiel de « démocratisation » offert par le recrutement en ligne ne permet pas de contre-balancer des tendances sociologiques lourdes particulièrement bien mises en évidence par la sociologie politique, à savoir un intérêt inégalement réparti pour la politique au sein de la population française (un phénomène qui n’est pas propre à la France) et une propension encore plus plus inégale à s’engager, notamment en politique. Aussi, on ne s’étonnera pas que 35% des participants à l’enquête indiquent être également membre d’une association et plus d’un quart syndiqué.

Les motivations des nouveaux adhérents.

La perspective des prochaines élections, au premier rang desquelles le scrutin présidentiel de 2007, apparaît comme le principal facteur déclenchant de l’adhésion : 76% des répondants déclarent avoir choisi de rejoindre le Parti socialiste pour que la gauche les gagne. Surtout, près de 83% d’entre eux expriment leur souhait de participer à la désignation du candidat socialiste à la prochaine présidentielle. A contrario, ils ne sont plus que 1% à envisager de faire du porte-à-porte et 11% à distribuer des tracts. L’engagement militant a donc ses limites… Paradoxalement, près de 79% estiment qu’il y a trop d’ambitions personnelles au sein du Parti socialiste et seuls 50% jugent son programme crédible.

Les valeurs des nouveaux adhérents et leurs priorités d’action.

Pour terminer cette présentation des résultats, notons que les nouveaux adhérents s’avèrent principalement attachés aux valeurs de solidarité (51%) et de Justice (49%). Dans une moindre mesure, plus d’un tiers cite la liberté (36%) et l’égalité (34%). D’autres éléments bénéficient d’une att

achement nettement moindre, voire carrément marginal : la famille (8%), le mérite (3%) et l’ordre (2%).

En termes de priorités d’action pour le Parti socialiste, les nouveaux adhérents citent massivement l’emploi (71% de citations). Dans une mesure nettement moindre, 43% mentionnent ensuite l’éducation et 34% la protection sociale. La réforme des institutions, créditée d’un score honorable (22%) devance légèrement l’environnement (21,7%). D’autres sujets pourtant au coeur des préoccupations des Français ces derniers mois apparaissent beaucoup plus secondaires. Il s’agit notamment du pouvoir d’achat (18% de citations) et du logement (15%).

La campagne d’adhésion organisée par le Parti socialiste se solde donc par un net rajeunissement et une féminisation non négligeable de ses troupes à l’approche de la prochaine élection présidentielle. Il n’empêche, le profil sociologique de ces nouvelles recrues fait toujours de la principale formation de l’opposition un parti structurellement éloigné de son coeur de cible, à savoir les employés et les ouvriers.

Yves-Marie Cann  (195 Posts)


Catégories: Analyses

One Response to "Qui sont les nouveaux adhérents du Parti socialiste ?"

  1. Cybermilitants ou cybersupporters ?

    De partout, l’engagement en ligne progresse. Pourtant par sa nature différente, parce qu’il est confronté à des structures au mode d’organisation plus traditionnel, il peine à s’intégrer pleinement. Souvent mal-considéré…